Journalbic

Articles société

40 jours déjà, Ousmane Tanor Dieng nous quittait...

tanor dieng deces

Il y a 40 jours s’affaissait le baobab de Nguéniène, l’Homme aux éloquentes et multiples facettes; l’Homme à la discrétion légendaire; l’Homme profondément attaché à sa religion, l’Homme d’Etat chevronné, le Républicain.

Il y’a également 40 jours que se retirait de la vie politique, le socialiste aux convictions intraitables, le Leader praticien des compromis dynamiques.

Vous ne serez jamais un Homme du passé. Vous resterez un Homme du futur parce que votre vision traversera des générations. Cette vision Tanoriste de la vie, des relations humaines, de la politique, qui allie convictions fortes, engagements sincères, patience, responsabilité, endurance, recherche continuelle du consensus, don de soi, désintéressement et volontarisme. Cette vision ne mourra jamais parce qu’elle a pénétré les masses; elle a impacté des esprits. Plus particulièrement, cette vison Tanoriste, ce Tanorisme devrais-je dire, est définitivement adoptée par cette génération de socialistes qui, de 2000 à maintenant, a peaufiné le nouvel Élan, résisté aux multiples tentatives de déstabilisation. Cette génération de jeunes cadres, techniquement compétents et politiquement engagés constituera le relais et le continuateur de l’œuvre immense de Ousmane Tanor Dieng.

Hormis les grands pressés et les petits prétentieux qui ont fait feu de tous bois depuis ce fameux jour du 15 juillet, les véritables héritiers politiques de Tanor qui souffrent dans leur coin, qui se cachent pour feindre leur douleur, qui ont vu le monde s’effondre, qui n’ont pas eu le temps de dire adieu à leur Maître, leur père pour certains, leur grand frère pour d’autres, vivifieront le Tanorisme, le défendront dignement, pour que jamais, le flambeau ne tombe entre les mains de profiteurs-opportunistes.

Cette jeunesse socialiste aux convictions fortes, fusionnellement  confondue à Tanor constituera la première ligne de défense de cette garde, pour que la vision du Maître triomphe partout et, sur tous.

Tanor ne sera jamais conjugué au passé, parce que ses œuvres sont du futur.

Abdou Marie Dia 

Journalbic.com

Top Desktop version