Journalbic

Articles société

Le maire de Ngor accusé de faire main basse sur un terrain d’autrui

ngor ile

La mort dans l’âme, Djiby Diallo dit que les maires Doudou Diaw et Amadou Kane Ndoye ont laissé intacte la parcelle No 74 que lui avait attribuée en 2008 le conseil municipal de Ngor dans le cadre de l’extension de cette commune. À l’en croire, c’est avec l’actuel maire, Amadou Guèye, que ses ennuis, et pas des moindres, ont commencé. Le maire Amadou Guèye, que nous avons joint au téléphone pour recueillir sa version des faits, nous a répondu ceci : “Monsieur, dites rapidement ce que vous avez à dire. Sinon, je raccroche puisque je suis au volant”.La mort dans l’âme, Djiby Diallo dit que les maires Doudou Diaw et Amadou Kane Ndoye ont laissé intacte la parcelle No 74 que lui avait attribuée en 2008 le conseil municipal de Ngor dans le cadre de l’extension de cette commune. À l’en croire, c’est avec l’actuel maire, Amadou Guèye, que ses ennuis, et pas des moindres, ont commencé. Le maire Amadou Guèye, que nous avons joint au téléphone pour recueillir sa version des faits, nous a répondu ceci : “Monsieur, dites rapidement ce que vous avez à dire. Sinon, je raccroche puisque je suis au volant”.
Djiby Diallo : “J’ai attendu un an sans aucune nouvelle du maire”

 “Le maire de Ngor a usé de procédés illégaux pour me spolier de ma parcelle. Quand je me suis présenté au service des domaines pour me faire établir un bail sur ma parcelle No 74, l’agent en charge de cette tâche m’a informé qu’un bail y a été établi au nom d’un autre individu. Quand je l’ai questionné sur l’identité de cet individu, il a fait dans le clair-obscur avant d’appeler Amadou Guèye pour s’entretenir avec lui avant de me le passer. Et le maire me demanda de rester calme puisqu’en tant que Ngorois je ne pouvais être lésé, non sans promettre de me rappeler. J’ai attendu un an sans aucune nouvelle de sa part. Alors pour en avoir le cœur net sur l’identité de celui qui occupe ma parcelle, j’ai entamé des travaux sur le site. Aussitôt après, le maire se manifeste et me somme d’arrêter. Dans ces entrefaites, survint un certain monsieur Samb qui brandit une notification portant le numéro 70”, dénonce Djiby Diallo.

 “Après vérification, on m’informa que mon dossier est réel au cadastre”
Et de poursuivre ses diatribes contre le maire de Ngor : “Ensemble, nous allons voir le maire dans son bureau. Ce dernier reçoit Samb et me laisse seul dans la salle d’attente. Au bout d’un moment, ils sortent pour quitter les lieux, m’abandonnant sur place. Alors, j’ai interpellé le maire sur son attitude à mon endroit. Il me répond que j’étais têtu et que je devais lui obéir quand il m’a demandé d’attendre. Après cet épisode, je suis retourné aux Domaines pour obtenir mon bail. Je trouve le remplaçant de l’agent Thiam qui m’avait reçu au tout début de l’affaire, et dit qu’un bail existait déjà sur ma parcelle. Il me demanda la notification du conseil municipal qui m’affecte la parcelle et la photocopie de ma carte nationale d’identité pour vérifier la conformité. Après vérification, il m’informa que mon dossier est réel au cadastre. Il m’a alors remis un papier avant de me m’orienter vers la gouvernance”.
Les “verdicts” du gouverneur de Dakar et de la Dscos
Annonces
 Entre deux longs soupirs, Djiby Diallo poursuit la narration de sa mésaventure : “Le gouverneur Fall me reçoit dans son bureau et après m’avoir écouté il me demanda ma pièce d’identité pour vérifier sur son ordinateur l’attributaire authentique de la parcelle No 74. Ayant trouvé mon nom, il demanda qu’on lui apporte mon dossier de bail et l’a signé séance tenante , tout en m’expliquant que les lenteurs dans la signature sont dues au fait qu’il vérifie toujours l”authenticité des dossiers qu’on lui soumet avec la présence de l’ayant droit. Je dois avouer que la Dscos ne m’a plus rien dit depuis que j’ai obtenu mon bail”. Toutefois, malgré qu’il soit rétabli dans ses droits, Djiby Diallo ne parvient pas à sortir de l’étau du maire Amadou Guèye “décidé à le déposséder de son bien”. Car, il peine toujours à se faire délivrer un état de droit de réel, sous le prétexte qu’un autre l’a déjà eu sur sa propre parcelle.
Pour se tirer d’affaire, le maire de Ngor propose un autre terrain

 Cette fois, c’en était trop pour Djiby Diallo qui comprenait de plus en plus qu’il était victime d’une vile arnaque. Il décide alors de retourner voir le gouverneur pour lui faire le point de la situation. L’autorité administrative appelle le maire Amadou Guèye et lui demande comment s’est-il fait qu’un autre ait pu avoir un état de droit réel sur la parcelle no 74 dont Djiby Diallo est le propriétaire légal. Le maire promet au gouverneur qu’il passera le voir pour s’expliquer. Mais, en terme d’explication, il a proposé de me donner un autre terrain. Le gouverneur lui a rétorqué que si j’acceptais cela ne posait aucun problème à son niveau. Mais puisque le terrain que me proposait le maire Amadou Guèye se trouve dans une zone litigieuse j’ai décliné son offre et l’ai notifié au gouverneur par une lettre qu’il a, à son tour, transmise au maire de Ngor”.

 “Monsieur Diallo ne veut pas de votre offre, rendez-lui sa parcelle”
Djiby Diallo revient sur son dernier face-à-face avec le maire Amadou Guèye dans le bureau du gouverneur. Et c’est pour souligner que pour l’édile de Ngor sa puissance et sa volonté sont plus forte que la loi, la raison et la morale. “M’ayant trouvé dans la salle d’attente du gouverneur, le maire a voulu être reçu sans moi par l’autorité administrative. Cette dernière lui signifia qu’il ne l’avait pas convoqué en réunion et qu’il allait nous recevoir, ensemble, tous les deux. D’autant plus, ajoute le gouverneur, que c’est le maire qui est à l’origine de cet imbroglio foncier. “Monsieur Diallo ne veut pas de l’offre que vous lui avez faite. Rendez-lui sa parcelle. La personne don’t vous parlez ne figure nulle part dans les documents de la parcelle no 74 contenu dans mon ordinateur et nulle part ailleurs. Qui plus est, Djiby Diallo a déféré  par  deux  fois à des convocation du tribunal  pour un jugement du litige, mais son protagoniste dont il ignore même l'(iderntité ne s’est pour sa part aucune fois présenté.  Aux dernières nouvelles nous avons appris qu’à la dernière audience le tribunal a retenu une date pour le délibéré.
Nous reviendrons sur cette affaire..

Journalbic.com

Top Desktop version