Journalbic

Articles société

Explication : Une grande partie de la communauté musulmane a célébré la Tabaski aujourd’hui

tabaski 2017 2 septenbre

La grande partie de la communauté musulmane sénégalaise a célébré, cette année, la Tabaski ce samedi, conformément à la décision de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc). L’Aïd-el-Kébir, communément appelée Tabaski, marque la fin du hajj.


L’Aïd-el-Kébir a lieu le 10 du mois de « dhou al-hijja », le dernier du calendrier musulman, après « waqfat d’Arafat », ou Station sur le Mont Arafat. Il s’agit d’une sunna prophétique renforcée. Certains courants de pensée soutiennent que c’est une prescription obligatoire dont le non-respect, pour qui le peut, équivaut à commettre un péché. En tout état de cause, tout musulman qui n’a pas les moyens d’effectuer une telle dépense en est dispensée. Cette fête commémore la force de la foi d’Ibrahim à son Dieu, symbolisée par l’épisode où il accepte de sacrifier, sur l’ordre de Dieu, son unique fils Ismaïla. Après son acceptation de l’ordre divin, Dieu envoie l’Ange Gabriel (Jibril) qui, au dernier moment, substitue à l’enfant un mouton qui servira d’offrande sacrificielle comme le dit le Coran. En souvenir de cette dévotion d’Ibrahim à son Dieu, les familles musulmanes sacrifient un mouton, explique le président de la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc), Mourchid Iyane Thiam.
Selon un hadith du Prophète Mouhamed (Paix et salut sur lui), « tout musulman qui dépense avec joie son argent pour s’acquitter de cette tradition et qui, ce faisant, achète un mouton digne de ce nom, sans aucun défaut, en ayant en vue la seule Face d’Allah, loin de toute ostentation, Dieu en fera le jour du jugement dernier un long mur entre cet homme et l’enfer », affirme M. Thiam.
Choix du mouton
Pour le choix du mouton, les livres de jurisprudence islamique ou « fikh » enseignent ceci : la bête doit bêler et doit pouvoir marcher normalement. Toujours, selon l’islam, le mouton ne doit pas être borgne ; il ne doit pas avoir de diarrhée ; donc cette bête doit être en bonne santé. Le mouton de Tabaski ne doit pas avoir la bouche puante et la queue coupée de plus du tiers non plus. Il est enseigné que le mouton de cette fête musulmane ne doit pas être maigrichon. S’il s’agit d’une brebis, elle doit être capable d’avoir du lait. Le mouton du l’Aïd-el-Kébir ne doit pas être issu d’un métissage. Pour son âge, il doit avoir au moins 1 an révolu et entrer dans sa deuxième année, explique Mourchid Iyane Thiam.
Serigne Mansour Sy CISSE

Journalbic.com

Top Desktop version