Journalbic

Articles société

Halte à l’utilisation excessive des enfants à la télévisons !!!

enfantsss

Pendant les vacances, la plupart des enfants partent en colonies, d’autres en plage pour se baigner. Dans les années 70, 80 et 90, après la fermeture des classes, les élèves partaient dans des Daaras pour apprendre des versets coraniques. De plus en plus, on constate une floraison d’émissions enfantines dans les télévisions axée généralement sur la musique et la danse. Certes, ce genre de divertissement est bon pour l’esprit des enfants qui ont travaillé durs durant toute une année scolaire, cela leurs permet d’évacuer le stress, l’angoisse et la lassitude pour bien se préparer aux prochaines échéances. 

Si des émissions sont conçues dans le seul but de faire de ces mômes des «stars» du petit écran sans l’argent qui va avec, il y a lieu de se demander où est la valeur ajoutée par rapport aux colonies et cours de vacances.
On a qu’à voir le comportement des «vedettes» vis-à-vis de leurs camarades de classe, pour savoir qu’ils jouent les petits Justin Bieber et les petites Rihanna tout en lorgnant un avenir incertain dans la musique qui leur mènera à coup sur tout droit au mur.
Arrêtons de faire rêver ces gosses sur une musique qui peine à décoller sur le plan international. S’ils pouvaient deviner que leurs ainés sont dans la dèche totale à cause du capitaine Youssou Ndour ainsi que ses deux caporals, Waly Seck et Pape Diouf qui raflent toujours la mise concernant les contrats de concert, ils seront vite sur quelle voix chanter.
D’ailleurs, les autres musiciens sont obligé d’être en hibernation, attendant avec impatience que ces trois «Boeings» soient en perte de vitesses ou d’altitudes pour pouvoir atterrir à nouveau sur le tarmac musicale…

 

Add a comment

Affichages : 647

L'Etat retire à Baba Diao Itoc, à Clean Oil, Wms, Oilsen Sarl et Edk Oil.. leurs licences

ababa

L'Etat retire à Baba Diao Itoc, à Clean Oil, Wms, Oilsen Sarl et Edk Oil.. leurs licences

Par arrêté n°8947, l'Etat du Sénégal a retiré les licences accordées à Clean Oil, Wms, Oilsen Sarl et Edk Oil pour l'importation d'hydrocarbure, informe «Libération ».
Auparavant, l'Etat avait pris un autre arrêté n° 8457 pour retirer à la société de Baba Diao, Itoc, la licence qui lui avait été délivrée le 11 décembre 2012 et qui l'autorisait à exercer une activité d'importation d'hydrocarbures raffinés. Depuis le 10 juin dernier donc, la société de Baba Diaw n'est plus autorisée à importer des hydrocarbures.
C'est par la suite que la même mesure a frappé d'autres sociétés comme Clean Oil, Wms et Oilsen Sarl et Edk Oil.

Add a comment

Affichages : 570

Afrivac: Anelka et ses amis victimes de vol, les voleurs emportent la montre de 10 millions de Piquione

anedi

L’ancien attaquant des bleus, Nicolas Anelka et ses amis n’oublieront pas de si tôt leur passage à Dakar pour la gala de Afrivac. Ils ont été victimes de vol. En effet, des voleurs ont visité, samedi dernier, leurs vestiaires pendant la première période du match de gala organisé par El Hadji Diouf et l’ancien attaquant de Paris.

Selon Dakaractu, des voleurs ont fracturé la porte des vestiaires des Amis d’Anelka pour faire main basse sur du matériel et de l’argent. Chaussures, appareils électroniques, argent, montres… Des joueurs de l’équipe d’Anelka ont déploré la perte de plusieurs biens dans ce vol.
« Le préposé à la surveillance des lieux aurait déserté les lieux. Une aubaine pour les malfrats qui ont dérobé plusieurs affaires appartenant aux joueurs dont la montre de Frédéric Piquione qui coûterait 10 millions FCFA », a révélé la source.
Cependant, quelques objets volés ( passeports, cartes bancaires et une somme de 300.000 FCA) auraient été ramenés par deux individus qui disent les avoir ramassé à l’aéroport Sédar Senghor.

 

Add a comment

Affichages : 500

Mort d’une lycéenne à Saly : les proches dénoncent la non-assistance de la part du personnel

 

Suite à un malaise en pleine séance d’EPS, au lycée de Saly, Mariama Dia âgée de 18 ans a rendu l’âme.

D’après le journal l’Observateur, la jeune lycéenne avait auparavant, informé son professeur qu’elle souffrait d’une maladie du cœur. Quelques minutes plus tard, elle a succombé à un malaise. Conduite au bloc administratif, Mariama Dia restera sans secours avant d’être acheminée à l’hôpital où elle a rendu l’âme.
Les parents de la défunte et les élèves dudit lycée dénoncent la non-assistance à une personne en danger de la part du personnel. Une enquête est ouvertealiss pour confirmer ou non la culpabilité de l’établissement scolaire.

Add a comment

Affichages : 486

La vie intime étalée jusque dans les réseaux sociaux, qu’en pensent les Sénégalais?

dangerrrrr

Jusqu’où ira-ton avec les dérives d’Internet. Aujourd’hui, des choses horribles se passent au niveau des réseaux sociaux. Ce qui était censé rester secret est divulgué sur la toile et de manière éhontée. Un reportage effectué dans une école de la place nous a permis de voir plus clair sur les tenants et aboutissants d’une telle situation.

Pape Madogal Diop, journaliste et chargé de la communication événementielle de ladite école, déclare que «les réseaux sociaux sont importants. L’outil Internet est très efficace dans nos différentes recherches estudiantines. Malheureusement, nous, la jeune génération nous nous servons de cet outil à d’autres fins. La plupart du temps nous ne faisons que regarder des sites qui ne nous servent à rien. Je prends l’exemple sur moi, avant que je n’ais un travail il m’arrivait de passer toute la nuit sur la toile».
A Madogal de continuer par ceci: «les étudiants devraient utiliser ces réseaux pour les recherches dans le cadre des études. Avec les réseaux tu peux avoir des documents de cours venant des professeurs les plus imminents. Mais aussi ça te permet de communiquer avec des parents et proches malgré la distance». Parlant des déboires, il juge que «la responsabilité est partagée entre les sites sur internet et la population sans oublier le gouvernement, car une vie privée doit respect secrète. Pour le cas des personnes qui mettent les photos dénudées sur la toile, l’Etat doit les sanctionner car c’est un cas d’atteinte à la pudeur».
Pour Pape Makhfou Fall, un photographe de la cinquantaine, il y aura toujours débats autour des réseaux sociaux. «Je crois que certains ne peuvent pas faire de différence entre les images privées qui doivent rester intimes et celles soumises au public. La plupart du temps c’est les filles qui s’y collent. Le monde est arrivé à un niveau de développement où les gens sont capables de retoucher les images avec des logiciels. On ne doit pas envoyer nos photos à n’importe qui. Car l’image est sacrée, c’est un message à l’endroit des filles soyez prudente dans la vie», a laissé entendre le sieur Fall.
Alassane Ndiaye, étudiant en licence, abonde dans le même sens que ces prédécesseurs: «les réseaux sociaux ont un impact sur notre mode de vie d’une part, de l’autre il nous permet d’avoir certaines notions. Je crois que les réseaux sociaux sont plus bénéfiques que contraignants. Le gouvernement doit sécuriser l’accès pour les enfants et autres personnes animées de mauvaises volontés. Le domaine public ne doit pas être mélangé avec celui public. Une personne publique doit avoir sa vie intime et cela est valable pour la personne lambda».
Katy Fama Gomis, étudiante elle aussi, s’est exprimée sur la double casquette que peut arborer les réseaux sociaux. «Grâce aux réseaux sociaux, beaucoup de familles se sont retrouvées. Mais il y a des cotés néfastes: de nos jours, on constate certaines publications de photos qui devraient être réprimandées. Je demande à mes camarades d’être plus prudents car la plupart de ces images sont envoyés entre petits-amis. Aujourd’hui c’est la jeunesse mais bientôt le temps des regrets avec le mariage et la famille à côté. Je suis étonnée de voir des personnes qui passent tout leur temps sur ces réseaux».
Maimouna Sy, une autre étudiante en Banque-Finance et Assurance ,donne ses impressions «Pas mal de familles partagent des choses à travers les réseaux, et beaucoup de gens se retrouvent aussi via le net. Franchement il y a des choses positives, comme les informations sur l’actualité. Mais nous constatons que la plupart du temps certains y mettent du n’importe quoi. C’est déplorable pour nous la jeune génération, car on aime trop s’afficher Si les gens ne peuvent pas s’en passer, qu’ils mettent au moins des images décentes. On doit se focaliser sur l’intérêt des leçons de moral à travers les réseaux sociaux».
Pour Hamza, la dernière intervenante, les réseaux sociaux causent pas mal d’ennuis aux gens. «Dans les réseaux sociaux on rencontre des problèmes car notre intimité est partagée. Je crois que le cas de Mbathio Ndiaye doit nous servir de leçon. Une image envoyée à son petit-ami qui finit par se retrouver partout sur les réseaux. Je demande aux filles d’être prudentes sur ces pratiques car un jour l’histoire nous rattrapera. Et le net n’effacera jamais ces images, notre responsabilité y va de plein pied. Les images intimes se gardent pour soi, restons positifs vis-à-vis du net car c’est important», a exhorté la jeune demoiselle.

Add a comment

Affichages : 1139

Journalbic.com

Top Desktop version