Journalbic

Articles société

Justice: Le Sénégal est-il un Etat de loi ou un Etat de droit ?

senegal droit loi

Ce procès de la caisse d’avance, de khalifa Sall et de ses co-prévenus, ne donne-t-il pas raison à ceux qui véhiculent l’idée que la justice Sénégalaise est à double vitesse?
A quelque jour du procès, on a entendu le président de la République Macky Sall,  dans sa sortie « dire qu’il ne cédera pas ». A-t-il vraiment besoin de céder. Que vient-il faire dans ce procès, pour « dire qu’il ne cédera pas ». En disant ces mots, ne met-il pas la pression sur le juge en appel,  Demba Kandji.
Et même bien avant cela, il  y a eu le fameux revirement du juge Lansana Diaby, qui avait sollicité à ce que la Cour suive l’arrêt rendu par la Cour de justice de la Cedeao. Et par la suite de par son réquisitoire, demandé  à ce que l’on maintienne le maire de Dakar en prison.
Et pourtant, de nombreux spécialistes en droit pénal, comme le professeur, Ousseynou Samba et Ndiack Fall, s’étaient prononcés sur l’arrêt de la Cedeao en indiquant que le juge d’appel ne pouvait que suivre la justice communautaire. Et en le faisant, il allait donner suite à la violation de la procédure. Ce qui aura comme conséquence la libération de Khalifa Sall.
On peut ajouter aussi l’épisode du magistrat Ibrahima Dème, qui après sa démission, nous dit que: « j’ai démissionné d’une magistrature qui a démissionné », pour fustiger le fonctionnement de la justice Sénégalaise.
Finalement, au regard de tout ça,  ce qu’on peut retenir, c’est que l’estime, l’image que la société avait de la justice, est de plus en plus en régression.
D’où l’importance de se demander si l’on est en  actuellement,  d’ans un Etat de droit, ou d’un Etat de loi?
La dernière est plus facile parce qu’elle suppose qu’il y ait une abondance des textes législatifs, des conventions ratifiés etc. Et ce que fait bien le Sénégal. Mais la seconde,  à savoir l’Etat de droit, c’est l’idéal, car elle suppose que ces textes soient appliqués, soient dits et rigoureusement, en toute impartialité.
Est-ce le cas pour l’Etat du Sénégal? C’est en vous d’en juger.

Add a comment

Affichages : 202

Serigne Assane Mbacké s’est totalement trompé sur Amadou Sall le fils de Macky

serigne assane mbacke amadou sall macky sall

Accusé, récemment, d’avoir fait la main basse sur des voitures qu’il (re)vendait à prix d’or, le fils du Président Macky, Amadou Sall , ne sera pas seul dans son combat contre son accusateur, Serigne Assane Mbacké. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, des responsables de la mouvance présidentielle du département de Pikine prennent fait et cause pour le fiston du couple Faye-Sall. A en croire Ngagne Gueye : «Serigne Assane Mbacké se trompe de cible en s’attaquant à Amadou Sall. Il fait preuve de très mauvaise foi en agissant de la sorte. Faire la politique ne veut pas dire  inventer des histoires qui ne reposent sur rien. Son acharnement sur le fils du président est injustifié. Nous lui demandons d’épargner, de grâce, cet enfant paisible  de ses inepties», a laissé entendre le responsable politique APR dans la Commune de Pikine-Ouest. Le jeune Ngagne, de poursuivre sa diatribe : «Assane Mbacké sait qu’il ne vaut rien. C’est une peste sociale. Nous lui demandons de cesser d’utiliser des armes non conventionnelles pour ternir l’image des gens sinon, nous allons lui trouver sur ce terrain. Désormais, sera œil pour œil, dent pour dent », a soutenu Ngagne Gueye, le cœur plein de rage.

Add a comment

Affichages : 322

Imam Ndao sera-t-il libéré aujourd’hui ?

imam ndao libre terroriste

La Chambre criminelle spéciale de Dakar rend son verdict, aujourd’hui jeudi 19 juillet, sur l’affaire Imam Alioune Ndao et Cie poursuivis pour association de malfaiteurs en relation avec des organisations terroristes, actes de terroristes, apologie et financement du terrorisme, entre autres.
Lors des plaidoiries de la défense, le  30 mai dernier, le juge de la Chambre criminelle de Dakar avait rejeté toutes les demandes de liberté provisoires.
Des soutiens, Imam qui,  en plein procès, avait fait état de ses conditions de détention et de la torture, poussant la colère des organisations de défense des droits de l’homme, en a eu à gogo.
Et Me Masokhna Kane, un de ses avocats, voit toujours la main des puissances étrangères dans la détention de son client. Et  les partisans et associations engagées dans la cause islamique, à l’instar de l’Ong Jamra, Nittu Deug, Jamatul Ibadou, avaient fustigé, le 4 juillet dernier, les conditions d’arrestation et de détention d’Imam Ndao. 
Des propos corroborés par le Pr Malick Ndiaye, coordonnateur du Comité d’initiatives des intellectuels du Sénégal (CIIS), qui estime que le détenu n’a rien de terroriste, «il n’est qu’un simple prédicateur, un sauveur d’âmes». 
Le représentant de la famille de l’Imam Ndao dit avoir confiance en la justice, car la justice n’a pas pu trouver des preuves par rapport aux accusations à l’encontre de l’Imam Alioune Ndao et ses co-accusés.
Pour rappel, le 14 mai dernier, le Procureur Aly Ciré Ndiaye de la Chambre criminelle de Dakar, avait requis 30 ans de travaux forcés contre l’imam Alioune Badara Ndao, arrêté le 26 octobre 2015, pour association de malfaiteurs, apologie du terrorisme, entre autres. Le Parquet a aussi demandé de condamner aux travaux forcés à perpétuité Matar Diokhané, qui a séjourné dans le fief de Boko Haram, au Nigeria

Add a comment

Affichages : 196

Les huiles « J’adore » et « Elita » sont propres, Aziz Ndiaye ne....

affaire aziz ndiaye elita j adore

L’ancien promoteur de lutte reconverti en homme d’affaires, Aziz Ndiaye, a connu des démêlés avec la justice sénégalaise. Pour cause, il a été inculpé pour tromperie sur deux de ses produits à savoir l’huile J’adore et Elita. Il vient, tout de même, d’être disculpé par les laboratoires sénégalais et turcs en charge de diagnostiquer la bonne qualité de ces produits.« L’huile Elita n’est pas impropre à la consommation et peut bel et bien être consommée sans danger », se défendait Aziz Ndiaye, il vient d’être confirmé par les résultats des analyses desdits laboratoires. En effet, celles-ci révèlent que cette huile est de bonne qualité et est même consommée sur tout le territoire turc.Sous ce rapport, la demande de Aziz Ndiaye quant à une transaction pour vider le contentieux sera, dans le prochains jours, livrée à la Direction du Commerce Intérieur (DIC).

Add a comment

Affichages : 259

Mamoudou Gassama déchu de la nationalité française et expulsé ? Une fausse information

mamoudou gassama fausse information

De nouvelles rumeurs sont apparues ces derniers jours, clamant que Mamoudou Gassama, qui avait sauvé un enfant d’une chute mortelle et avait été naturalisé français, avait été déchu de sa nationalité et en voie d’eulsion. Une fausse rumeur, partie d’un site satirique pris au sérieux.Le 27 mai, le sauvetage héroïque d’un petit garçon suspendu dans le vide à un balcon par un jeune homme de 22 ans avait fait la une des journaux. Malien sans-papiers, Mamoudou Gassama avait été naturalisé puis avait intégré le service civique des sapeurs-pompiers. Une situation qui ne plaisait pas à certains, qui n’avaient pas hésité à créer et alimenter des théories du complot, prétextant que cette histoire n’était qu’une mise en scène.Une rumeur qui paraît grotesqueCes théories du complot avaient rapidement été démenties par l’apparition de nouvelles images. Mais depuis quelques jours, de nouvelles rumeurs ont agité les réseaux sociaux. André Bercoff, essayiste régulièrement invité par CNews et Sud Radio, a ainsi retweeté un message faisant référence à un article du site news7pm.com.Cet article explique, dans un français approximatif venant sans doute d’une traduction littérale, que « le sauvetage héroïque de Mamoudou Gassama a été organisé », et que de ce fait, le Malien « a vu sa citoyenneté révoquée ».Les explications prennent ensuite une tournure tellement improbable qu’elles paraissent humoristiques : « le père du garçon et un ami dont le nom a été donné comme Jean-Pierre ont mis en scène l’acte de monétiser la vidéo sur YouTube. […] Jean-Pierre et Gassama, étaient tous des employés de la même entreprise malgré le fait que le « spiderman » était un migrant sans-papiers. »Un site satirique comme seule sourceDe ce fait, Emmanuel Macron aurait décidé de « révoquer la citoyenneté » de Mamoudou Gassama, une décision tout simplement impossible à prendre seul pour le président de la République.Le problème de cette rumeur qui paraît d’ores et déjà grotesque à la lecture de l’article : le site news7pm.com est un site satirique, ce qu’il revendique ouvertement sur sa page « qui sommes-nous ». « Vous devriez savoir que ce site ne devrait pas être votre source d’information fiable ».Cette rumeur, incohérente en elle-même, est donc bien fausse.Dans la suite de sa présentation, l’équipe du site définit la satire comme « l’utilisation de l’humour, l’ironie, l’exagération ou le ridicule pour révéler et critiquer la bêtise ou les vices de certaines personnes, particulièrement dans le contexte politique contemporain ». À défaut d’informer, cet article aura peut-être rempli cet objectif.

Add a comment

Affichages : 251

Journalbic.com

Top Desktop version