Journalbic

Articles société

Gueum Sa Bopp opte pour Niary Tally comme plan B après le refus du Grand Théâtre

bougane gueye dani condamneInitialement prévue ce 1er août au Grand Théâtre, la conférence publique du mouvement citoyen Gueum Sa Bopp a finalement été reportée au 4 août. Samedi prochain, Bougane Guèye Dany  président du mouvement Gueum Sa Bopp fera son assemblée générale au terrain de Niary Tally. Une excellente réplique au Grand théâtre qui avait fermé ses portes à l’événement. Le boss de D-Média  qui va battre le rappel des  troupes pourra ainsi  prouver que l’établissement culturel était bien petit pour contenir son monde.

Add a comment

Affichages : 218

Drogue – Directeur : « l’emprisonnement systématique en prison des usagers doit être revu »

drogue senegal

Le directeur de l’Office central de répression du trafic illicite des drogues (OCRTIS), Idrissa Cissé, a appelé à un changement de démarche relativement à l’envoi systématique des usagers de drogue en prison, par la prise en considération de leur personnalité.
Cela doit être fait « au même titre » que pour « un malade ordinaire gardé à vue entre les mains de l’officier de police judiciaire, pris en compte médicalement et référé vers une structure de santé qui le prend en charge correctement ».
Idrissa Cissé prenait part à l’ouverture d’une formation organisée par l’Alliance nationale des communautés pour la santé (ANCS) au profit des médiateurs des usagers des drogues injectables, des forces de sécurité et d’AJD/PASTEEF.
Selon le directeur de l’OCRTIS, lorsqu’il s’agit d’un usager de drogue, compte tenu des effets de la drogue sur l’organisme humain, on est obligé de privilégier les considérations sanitaires et lui faire un diagnostic avant tout envoi en prison.
A l’en croire, l’envoi systématique des consommateurs de drogue en prison doit être revu, parce que le code des droits n’a pas attendu le contexte actuel pour prendre en charge les considérations sanitaires les concernant.
Il a rappelé que « dans le dispositif du code des droits, il est prévu l’injonction thérapeutique ». Même le juge pénal qui a devant lui un usager, a la possibilité d’appliquer une sanction pénale ou d’enjoindre l’usager à se faire traiter médicalement, en vue de le sortir de ce piège qu’est la drogue.
Si cela marche, il n’y a pas de raison d’envoyer systématiquement les usagers en prison, où ils pourraient faire face à des situations beaucoup plus pernicieuses qui pourraient compromettre leur santé, a t-il expliqué.
Pour la directrice exécutive de l’ANCS, Maguette Mbodji, il est temps que l’intégration de la dimension « santé publique » soit réelle dans les approches de lutte contre la drogue.
« Je pense que sur ce plan, le Sénégal est très en avance, parce que nous avons un plan stratégique de lutte contre la drogue qui mobilise tous les acteurs de la société civile, du secteur public et privé, autour d’un plan qui nous permet de voir tous les aspects qui nous permettent de mieux gérer la question de la drogue« , a-t-elle dit.
Selon elle, lorsqu’on parle de drogue, l’aspect répressif est toujours davantage mis en exergue, alors qu’il y a beaucoup d’aspects concernant la santé publique et les droits humains qu’il faut aussi faire valoir.
Elle a appelé à une meilleure collaboration entre les forces de répression et les médiateurs qui font office d’interface entre les usagers des drogues injectables et les forces de l’ordre.

Add a comment

Affichages : 129

La mer a tué 40 personnes à Dakar

noyade a dakar

Depuis le 2 juin dernier, la mer a tué 40 personnes à Dakar. Ces cas de noyade mortels ont été révélés par le colonel Ange Michel Diatta, commandant du Groupement numéro 1 de Dakar des Sapeurs-pompiers. Qui précise que les accidents à l’origine de ces décès ont eu lieu sur des plages interdites à la baignade.Depuis le 2 juin dernier, la mer a tué 40 personnes à Dakar. Ces cas de noyade mortels ont été révélés par le colonel Ange Michel Diatta, commandant du Groupement numéro 1 de Dakar des Sapeurs-pompiers. Qui précise que les accidents à l’origine de ces décès ont eu lieu sur des plages interdites à la baignade.
«La moyenne d’âge des victimes est de 16 ans, confie le colonel Diatta, repris par Vox Populi. Le plus jeune a 7 ans et le plus âgé 23 ans. Les sapeurs-pompiers ont eu à sortir 9 fois, on a eu à traiter ay total 20 victimes, dont 5 ont été sauvées.»

Add a comment

Affichages : 250

Plages de Bceao et de Ngor, 2 postes de surveillance seront construits...

noyade senegal ngor bceao

La première adjointe au maire de Dakar, Soham El Wardini, a annoncé la construction de 2 postes de surveillance prévue pour les plages de Bceao et de Ngor. Cette mesure intervient pour «donner les premiers soins en cas de noyade». 
«Nous avons un personnel en permanence de trente (30) maîtres-nageurs. Mais, du mois de mai à décembre, nous renforçons pour la surveillance dans les plages autorisées », confie- Soham El Wardini sur Zik fm. Avant de préciser que les «cas de noyades dont on parle, ce n’est pas dans le département de Dakar mais hors du département».
«Pour nos plages, assure-t-elle, ce qui est sûr, c’est que c’est sécurisé. Il y a toujours des maîtres-nageurs sur place pour aider les gens en difficulté. Il y a aussi des postes de secours qui sont en construction au niveau des plages de la Bceao et de Ngor, ce sont les plages les plus fréquentées».

Add a comment

Affichages : 183

Fonds touristique: Mame Mbaye Niang touché encore par un autre scandale

mame mbaye niang scandale journalbic

Après l’affaire Prodac, un autre scandale en vue. Le projet de domiciliation du fonds touristique dans le cabinet de Mame Mbaye Niang fait jaser Leral Askan Wi. « Il n’est pas question de remettre ce fonds au ministre du Tourisme alors qu’il est actuellement empêtré dans le scandale du Prodac dont les Sénégalais attendent toujours des éclaircissements. 
Comme le fonds de promotion génère des milliards, Mbaye Prodac veut tout faire par la mise en place d’un nouveau code, capturer cette manne financière. Ce que les Sénégalais n’accepteront pas et particulièrement les acteurs du secteur qui sont sur le pied de guerre », prévient Oumar Faye, dans un communiqué.
Il ajoute: « Mbaye Prodac serait devant les tribunaux pour s’expliquer sur ce scandale de 29 milliards qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Ce qui est inexplicable dans cette situation est le fait que les voleurs de poule et de bétail sont traqués et sévèrement châties par la Justice alors qu’au même moment des voleurs de milliards sont célébrés, chouchoutés et protégés. C ‘est inacceptable !  »
Pétition pour exiger la lumière sur les 29 milliards du Prodac
A ce rythme,  poursuit-il, il  sera incontestablement l’un des fossoyeurs de ce régime car son image ne passe plus au sein d’une bonne frange des populations indignées par l’impunité dont jouit cet individu. Le leader de Leral Askan Wi se demande Mame Mbaye Niang ne détient pas des secrets qui, dévoilés éclabousseraient la République ? Parce que, dit-il,  la logique voudrait qu’un ministre accusé soit demis et traduit devant les tribunaux.
D’ailleurs une pétition est en gestation avec toutes les forces vives de ce pays pour faire la lumière sur la destination des 29 milliards du Prodac ainsi que la publication des noms des bénéficiaires de cet argent destiné aux jeunes du Sénégal. « Au delà de la décision de la Cedeao, le rapport qui accable Mame Mbaye Niang suffit à relâcher Khalifa Sall », souligne-t-il.

Add a comment

Affichages : 195

Journalbic.com

Top Desktop version