Journalbic

Articles société

Francs-maçons et franc-maçonnes d’Afrique et de Madagascar ont décidé de surseoir à leur rencontre à Dakar

 franc macon

Les Rencontres humanistes et fraternelles africaines et malgaches (Rehfram) ne se tiendront plus à Dakar. Et pour cause : le Directeur du King Fahd Palace, Pierre Mbow a annulé leur réservation à la salle des congrès de l’hôtel, informe L’As.

Prévus les 2 et 3 février prochain, ce 26e congrès était placé sous le thème : « Francs-maçons et franc-maçonnes d’Afrique et de Madagascar, quel modèle économique et social pour le progrès de nos sociétés : Libertés, Educations, Gouvernement ».

Selon les sources du journal, Pierre Mbow a cédé à la pression des Sénégalais dont certains menaçaient d’envahir l’hôtel et de s’en prendre aux francs-maçons. Les associations islamiques avaient d’ailleurs lancé une pétition pour faire interdire la rencontre.

Après le 24e congrès au Cameroun, le 25e à Madagascar, les frères de la lumière ont, donc, décidé de surseoir à leur rencontre à Dakar.

Vox Populi rappelle qu’en 1985 une telle rencontre a également était interdite à Dakar sous la férule de l’ancien khalife des tidianes, Mame Abdou Aziz Sy Dabakh.

Add a comment

Affichages : 58

Tuerie de Boffa : Un journaliste parmi les suspects

journaliste bofa

Parmi la vingtaine de personnes arrêtées dans le cadre de l’enquête sur la tuerie de Boffa, figure un journaliste. Il se nomme René Capin Bassène. Il a été interpellé hier dimanche 14 janvier. Les éléments du Gign, qui ont procédé à son arrestation, l’ont pris chez lui à Kandialang (périphérie de Ziguinchor), tôt le matin.

Selon L’Observateur, qui donne l’information dans son édition de ce lundi, l’interpellation de Bassène suscite l’indignation au sein de sa famille et de l’aile politique du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc).

«René Bassène n’est pas un membre du Mfdc, il est journaliste et expert averti de la crise casamançaise, confie au journal, sous l’anonymat, un membre de l’aile politique du mouvement séparatiste. Nous avons été très tôt, ce dimanche, informés de son interpellation. Nous en prenons acte. C’est tout ce que nous avons à dire. Nous n’avons rien d’autre à déclarer.»

D’après le récit d’Odile Coly, l’épouse de René Bassène, les gendarmes ont débarqué chez eux à 5 h 30 pour escalader le mur, après avoir tapé longtemps à la porte sans obtenir de réponse.

«Nous n’avons pas ouvert parce que nous ne savions pas qui étaient ces personnes qui ne cessaient de taper à notre porte. (…) Ils ont emporté des documents et nos deux portables, raconte Odile Coly. Nos enfants, mon beau-père, sont très affectés par ce qui vient de se passer. Mon mari n’est pas un criminel.»

Add a comment

Affichages : 170

L’Armée est aux trousses des auteurs de l’attaque de Bofa

armee nationale entree en guinee

L’Armée est aux trousses des auteurs de l’attaque de Bofa, qui a fait 13 morts et 7 blessés. Elle mène des opérations de ratissage de la zone et passe les environs au peigne fin. Parallèlement, la section de recherches de la gendarmerie, qui a installé son QG à Ziguinchor, mène l'enquête.

Selon Le Témoin, l’Armée souhaiterait poursuivre cette chasse à l’homme jusqu’en Guinée-Bissau. La raison, selon le journal, est que les assaillants présumés se seraient retranchés dans les villages de Kassolol, Sao-Domingo, Djirack, Kahim, Santhiaba Manjack et Bougnaloum. Ceux-ci sont situés en terre bissau-guinéenne ou de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Le journal rappelle que les deux pays sont liés par un accord autorisant les militaires sénégalais à poursuivre leurs cibles jusqu’à 10 km à l’intérieur du territoire bissau-guinéen. L’accord a été conclu en 1995. À ce moment-là, l’Armée menait l’opération «Foudre», lancée contre les bases du Mfdc situées à Santhaba Manjack, Kassalol et Djirack.

«Ce droit de poursuite n’a jamais été exécuté par l’Armée sénégalaise pour des raisons politiques, rembobine un ancien commandant de la Zone 5 (Sud), qui s’est confié au journal Le Témoin. Souhaitons que tel ne sera pas le cas cette fois-ci avec le carnage (qui a coûté la vie à) ces treize pauvres villageois.»

Add a comment

Affichages : 91

Le bilan de l’attaque de Bofa est monté jusqu'à 15

attaque bofa

Le bilan de l’attaque de Bofa est monté encore. Il est passé de 13 à 15 morts. Selon le journal Le Témoin, qui cite des sources concordantes, deux nouveaux corps- et non un- ont été retrouvés sur les lieux du drame.

Il s’agit de ceux de Vieux Sané et Daouda Manga. Le journal présente le premier comme un exploitant de bois réputé. Il serait originaire du village de Badiouré, à Bignona. Découvert lundi, son corps a été remis à sa famille pour l'inhumation.

Le second, retrouvé hier matin, a été enterré sur place. Son état de décomposition avancée ne permettait pas son évacuation.

Add a comment

Affichages : 73

Mody NIANG : "Les prémices d'un soulèvement populaire"

mody niang soulevement

Les prémices d'un soulèvement populaire, comme celui qui a balayé Wade en 2012, prennent forme. L'histoire risque de se répéter sous Macky Sall, selon Mody Niang.

Dans une interview accordé à Vox Populi, l'enseignant à la retraite alerte : "Toutes les pratiques à la base du soulèvement populaire qui a balayé Wade sont encore là. La corruption est là, la transhumance est là, la politique politicienne est là."

Add a comment

Affichages : 79

Journalbic.com

Top Desktop version