Journalbic

Articles société

Salif Sadio, est prêt à aller à la table de négociation

salif sadio casamance

Le chef de l’aile combattante du Mfdc, Salif Sadio, est prêt à aller à la table de négociation pour la paix en Casamance. Selon Les Échos, qui donne l’information, la tête de file d’Atika a fait part de son intention d’aller à la table des négociations, à condition que le gouvernement lui envoie des interlocuteurs crédibles. Le journal indique que cette sortie de Salif Sadio est interprétée par d’aucuns comme une manière d’écarter du processus le groupe de réflexion pour la paix en Casamance (Grpc) dirigé par Robert Sagna.

Add a comment

Affichages : 49

LES CHRETIENS DE GUEDIAWAYE EXIGENT LE CIMETIERE DE 4 HA PROMIS

 

CIMETIERELes chrétiens de Guédiawaye sont dans la tourmente. Ils réclament le cimetière de 4 hectares que les autorités leur avaient promis.

«On a fait la pose de la première pierre depuis 2013, mais jusqu’à présent rien n’est fait. Le cimetière de Bel-Air est rempli et on a des problèmes pour aller enterrer nos morts jusqu’à Saint-Lazare», a déploré Philipe Mendy, un fidèle de la paroisse de Saint Abraham de Guédiawaye sur les ondes de Zik Fm.

Add a comment

Affichages : 34

Concession de l'eau au Sénégal: Corruption et magouille pour imposer Suez

 

mansour faye sdeSi le forcing de Suez passait, ce dossier atterrirait un jour devant les tribunaux. Nous avons interrogé des membres de la Commission d’attribution de la concession de l’eau, c’est ainsi que nous avons appris que la SDE a présenté la meilleure offre. Mais le problème c’est qu’une promesse ferme a été faite par les autorités sénégalaises à l’entreprise française Suez citée dans plusieurs cas de fraude aussi bien en France que dans d’autres pays de l’Union européenne.Si le forcing de Suez passait, ce dossier atterrirait un jour devant les tribunaux. Nous avons interrogé des membres de la Commission d’attribution de la concession de l’eau, c’est ainsi que nous avons appris que la SDE a présenté la meilleure offre. Mais le problème c’est qu’une promesse ferme a été faite par les autorités sénégalaises à l’entreprise française Suez citée dans plusieurs cas de fraude aussi bien en France que dans d’autres pays de l’Union européenne.Rien ne peut expliquer l’attribution provisoire de la concession à Suez qui n’a pas été le moins-disant dans cette affaire. Lorsque l’appel d’offres a été lancé, la SDE a rempli toutes les conditions techniques et financières. L’unique chose qui pouvait départir les deux entreprises c’était le coût du mètre cube. Et là, la SDE a été moins-disant. La décision prise par le Gouvernement d’attribuer la concession à Suez a été attaquée par la SDE et Veolia qui ont déposé chacune un recours, la décision sera donnée le vendredi prochaine. Pour porter leur choix sur les français, les autorités sont allées jusqu’à la Direction centrale des marchés publics pour lui tordre le bras. Et pourtant, la Sde est moins disant à hauteur de 50 milliards sur les 15 ans que durera la concession. Toutes les formes de magouilles ont été utilisées pour trancher en faveur de la société française Suez lorsque les gens ont remarqué que le dossier était favorable à la SDE. D’ailleurs, l’un des Directeurs Généraux de Suez a démarché un employé de la SDE lors d’une rencontre hors du pays. 
Ce membre du Top management du Suez l’avait informé, bien avant la publication des résultats que Suez allait être choisie par les autorités sénégalaises. «Viens travailler avec nous (Suez), car nous allons gagner ce marché » a confié ce patron à Suez. Et pourtant, depuis le mois de Juin et Juillet, on annonçait la victoire de la SDE qui a battu tous ses concurrents. D’ailleurs, nous avons appris qu’il y a un audio dans lequel le Ministre de l’Hydraulique Mansour Faye déclare que c’est la SDE qui a gagné. «DakarTimes » promet de révéler le contenu de cet audio qui risque de couler tout le Ministère que dirige le frère de la première Dame Maire de Saint Louis. Il faut retenir dès à présent que dans ce dossier, la présidence et la primature soutiennent la société française Suez. Et les représentants de la Présidence et de la Primature ne démentiront avoir reçu des instructions de tout faire pour que Suez passe. 
Les offres techniques et financières de SDE sont meilleures que celles de Suez que la SDE avait encore battu au Congo dans un appel d'offres de la Banque mondiale. L’expertise de la SDE est encore prouvée par les marchés que cette société a gagné en Arabie Saoudite. La vérité c’est que la concession était promise à SUEZ avant le lancement des appels d’offres. Dans ce dossier ce sont les intérêts français qui se cachent derrière. Car, d’une source crédible, nous avons appris que l'Agence de Française de Développement (AFD) parraine SUEZ pour deux raisons : parce qu’elle est française et parce qu’aussi la SDE ne fait pas travailler les entreprises françaises. Il nous plait aussi de révéler que la filiale de Suez Engie a gagné le marché d’électrification de la ligne du Train Régional Express (TRE). Enfin retenez vos souffles, c’est encore Suez qui a gagné le marché «Keur Momar 3», par l'entremise de sa filiale Degremont.

Add a comment

Affichages : 53

AU NIGERIA DES ATTAQUES DE BOKO HARAM ONT OCCASIONNE AU MOINS 12 MORTS

atentat au nigeriat 

Des attaques menées par les djihadistes du groupe Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, mercredi 31 octobre au soir, ont fait douze à quinze morts, selon les témoignages de miliciens et d’habitants de la zone. Les insurgés, arrivés à bord de sept camions, ont ciblé les villages de Bulaburin et Kofa, ainsi qu’un camp de personnes déplacées à la sortie de Maiduguri, la capitale de l’Etat du Borno, épicentre de l’insurrection djihadiste.

« Les terroristes ont attaqué et entièrement brûlé les villages de Bulaburin et Kofa, ainsi que la moitié du camp de déplacés Dalori 2 », a déclaré à l’AFP Babakura Kolo, un responsable de la milice engagée aux côtés de l’armée contre Boko Haram. « Ils ont tué neuf personnes à Bulaburin, deux à Dalori 2 et une à Kofa et ont pillé des vivres avant de mettre le feu. »

Lire aussi :   Nigeria : près de 9 000 enfants enrôlés dans la milice civile ont été libérés en un an

L’attaque a commencé aux environs de 22 heures (heure locale) dans le village de Kofa, où les djihadistes ont ouvert le feu sans distinction, tuant une personne tandis que les habitants fuyaient, a expliqué l’un d’eux, Musa Goni. « Ils se sont ensuite rendus à Bulaburin, un village voisin où ils ont abattu neuf personnes et incendié le village après avoir volé de la nourriture », a déclaré M. Goni.

Tirs de roquettes

Dans le camp de Dalori 2, qui abrite 10 000 personnes déplacées, des échanges de tirs ont opposé les assaillants aux soldats et aux miliciens, a affirmé l’un de ces derniers, Solomon Adamu, qui a pris part aux combats. « Quand les hommes de Boko Haram sont arrivés, ils se sont arrêtés sur la route qui surplombe le camp et ont commencé à tirer, a-t-il déclaré. Des soldats et des membres de la milice civile postés à l’entrée ont échangé des tirs avec eux mais nous avons été forcés de battre en retraite dans le camp parce que nous étions moins armés. »

Les insurgés ont ensuite tiré des roquettes sur le camp et incendié des abris de fortune, faisant fuir les déplacés, dont deux ont été tués et plusieurs blessés.

Lire aussi :   Entre Maiduguri et Boko Haram, une lutte à mort

Le lieu des attaques, situé à une quinzaine de kilomètres de Maiduguri, a été pris pour cible à de nombreuses reprises par le groupe djihadiste.

Plus de 27 000 personnes ont été tuées dans le nord-est du Nigeria depuis le début de l’insurrection de Boko Haram, en 2009. Près de 2 millions de personnes ont été déplacés.

Add a comment

Affichages : 42

Le TER déloge les commerçants de Pikine

marche ruelle

Les commerçants, marchands ambulants, tabliers et vendeurs à la sauvette qui officient à Thiaroye-Gare (Pikine) sont en colère contre les autorités administratives. Lesquelles les ont sommés de quitter les lieux à compter de ce mardi. Ce, pour permettre la poursuite des travaux du Train express régional (Ter).Les commerçants, marchands ambulants, tabliers et vendeurs à la sauvette qui officient à Thiaroye-Gare (Pikine) sont en colère contre les autorités administratives. Lesquelles les ont sommés de quitter les lieux à compter de ce mardi. Ce, pour permettre la poursuite des travaux du Train express régional (Ter).
Cependant, les commerçants refusent de bouger d’un iota. A les en croire, ils ne vont pas quitter les lieux sans indemnisation, encore moins sans avoir de site d’accueil. «Nous ne sommes pas d’accord que l’Etat nous déguerpisse sans dédommagement. Nous sommes prêts à laisser nos vies ici. Nous ne quitterons pas les lieux sans une garantie solide», a déclaré Youssouph Tall, le porte-parole du jour, au micro de la radio Zik-Fm. Il interpelle les autorités gouvernementales à prendre toutes leurs responsabilités et à régler la situation avant que l’irréparable ne se produise.

Add a comment

Affichages : 60

Journalbic.com

Top Desktop version