Journalbic

Articles société

Qui juge sera jugé !!!

qui juge sera juge

Nous vivons une nouvelle ère. La circulation des informations sous toutes les formes, notamment audiovisuelles et digitales, introduit de nouveaux paradigmes à prendre en compte notamment par les dirigeants, de quelque niveau que ce soit. 

 A cet égard, une vidéo circule depuis quelques jours mettant en scène un très haut magistrat sénégalais au cours de son… bilan médical annuel (!) On se demande quelle mouche a donc piqué le Président Demba Kandji pour qu’il accepte de se livrer à un tel exercice. D’abord parce que la visite chez un médecin devrait demeurer strictement privée. Or, en l’occurrence, nous entendons largement les commentaires de son médecin sur son état de santé qui semble bon. Dieu Merci!  Le juge Kandji s’avait-il que ses propos seraient le support d’une émission faisant la promotion du tourisme médical en France? Si oui, à quelles conditions? Si non… 
Que de questions s’imposent! 
Mais ce qui nous fâche davantage ici c’est la teneur de l’entretien de ce haut magistrat sénégalais,  s’exprimant sur une chaîne française dans un hôpital américain et qui, comme pour y justifier sa présence , déclare que c’est parce que « le plateau technique » du système de santé du Sénégal ne serait pas performant. Soit. 
Pourquoi? Comment? La faute à qui? Un jugement devrait, pour le moins, être motivé! Venant d’un professionnel de la justice. 

 En attendant des réponses à ces questions, et pour rester dans le domaine du Président Kandji, que dire du « plateau technique » de la Justice sénégalaise qui a mis  trois ans pour reconnaître que les faits justifiant l’incarcération de l’Imam NDAO étaient insuffisants pour justifier une condamnation sérieuse ? Sans compter les centaines de détenus méconnus qui croupissent en détention préventive pendant des années sans être jugés ? Sans parler des conditions de travail catastrophiques des auxiliaires de justice à tous les niveaux? Sans revenir sur toutes les «affaires» dont les délibérés ne cessent de défrayer la chronique… 
Pour nous avoir titillé avec cet entretien que rien ne saurait justifier, nous saisissons l’occasion pour nous interroger sur la qualité du «plateau technique» de notre justice, si prompte à condamner les opposants et si silencieuse sur les outrances des affidés du Pouvoir en place! Ne suivez pas mon regard!  

 Le Premier Magistrat de notre pays ayant affirmé maintenir sous le coude plusieurs dossiers délictueux, on comprend qu’il nous faille aller à… l’étranger, à la Cour de la CEDEAO notamment, pour entendre dire le droit.  
Décidément, tous les «plateaux techniques» du pays doivent reconquérir notre confiance.  CQFD… 
Amadou Tidiane WONE

Add a comment

Affichages : 183

Annoncé malade par son père Jean Paul, Dias fils réplique

jean paul dias barthlemy dias tuberculose

Barthélémy Dias donne de ses nouvelles. Suite aux déclarations de son père, Jean-Paul Dias, qui, sur Seneweb, révélait qu’il était “sérieusement malade”, le maire de Mermoz-Sacré Cœur a réagi sur sa page Facebook.
“Par la grâce de Dieu, je me porte à merveille. J’ai repris mon sport et je suis bien traité par l’Administration pénitentiaire”, a-t-il publié sur son mur hier, vendredi 20 juillet.
Oubliant son sort, Dias a fait part de sa détermination à se “battre pour la libération du député-maire (de Dakar) Khalifa Sall”.
Sur Seneweb, Jean-Paul Dias a déclaré que son fils allait très mal. Qu’un de ses co-détenus lui avait transmis une maladie. Qu’il risquait de contracter la tuberculose. Et qu’il a dû, avec l’autorisation de l’Administration pénitentiaire, qui l’a accompagné, sortir de prison pour aller consulter un spécialiste.

Add a comment

Affichages : 206

Justice: Le Sénégal est-il un Etat de loi ou un Etat de droit ?

senegal droit loi

Ce procès de la caisse d’avance, de khalifa Sall et de ses co-prévenus, ne donne-t-il pas raison à ceux qui véhiculent l’idée que la justice Sénégalaise est à double vitesse?
A quelque jour du procès, on a entendu le président de la République Macky Sall,  dans sa sortie « dire qu’il ne cédera pas ». A-t-il vraiment besoin de céder. Que vient-il faire dans ce procès, pour « dire qu’il ne cédera pas ». En disant ces mots, ne met-il pas la pression sur le juge en appel,  Demba Kandji.
Et même bien avant cela, il  y a eu le fameux revirement du juge Lansana Diaby, qui avait sollicité à ce que la Cour suive l’arrêt rendu par la Cour de justice de la Cedeao. Et par la suite de par son réquisitoire, demandé  à ce que l’on maintienne le maire de Dakar en prison.
Et pourtant, de nombreux spécialistes en droit pénal, comme le professeur, Ousseynou Samba et Ndiack Fall, s’étaient prononcés sur l’arrêt de la Cedeao en indiquant que le juge d’appel ne pouvait que suivre la justice communautaire. Et en le faisant, il allait donner suite à la violation de la procédure. Ce qui aura comme conséquence la libération de Khalifa Sall.
On peut ajouter aussi l’épisode du magistrat Ibrahima Dème, qui après sa démission, nous dit que: « j’ai démissionné d’une magistrature qui a démissionné », pour fustiger le fonctionnement de la justice Sénégalaise.
Finalement, au regard de tout ça,  ce qu’on peut retenir, c’est que l’estime, l’image que la société avait de la justice, est de plus en plus en régression.
D’où l’importance de se demander si l’on est en  actuellement,  d’ans un Etat de droit, ou d’un Etat de loi?
La dernière est plus facile parce qu’elle suppose qu’il y ait une abondance des textes législatifs, des conventions ratifiés etc. Et ce que fait bien le Sénégal. Mais la seconde,  à savoir l’Etat de droit, c’est l’idéal, car elle suppose que ces textes soient appliqués, soient dits et rigoureusement, en toute impartialité.
Est-ce le cas pour l’Etat du Sénégal? C’est en vous d’en juger.

Add a comment

Affichages : 180

Dommages et intérêts pour Imam Alioune Badara Ndao c’est au juge…

amsatou sow sidibe imam alioune badara ndao justice senegal

A Touba où elle était pour une visite de courtoisie à ses militants, professeur Amsatou Sow Sidiby s’est prononcée sur l’acquittement de l’Imam Alioune Badara Ndao détenu depuis plus de deux (02) ans.
Pour Amsatatou Sow Sidibé, Spécialiste en droit, « on doit avoir confiance à la justice qui elle même doit tout faire pour de déroger à toutes les règles. Sur la peine d’emprisonnement de Imam Alioune Badara  Ndao, un mois avec sursis prouve que ce que l’Imam a fait n’est pas grave ».
Sur les dommages et intérêts, madame le professeur estime que c’est au juge d’en décider.

Add a comment

Affichages : 221

Serigne Assane Mbacké s’est totalement trompé sur Amadou Sall le fils de Macky

serigne assane mbacke amadou sall macky sall

Accusé, récemment, d’avoir fait la main basse sur des voitures qu’il (re)vendait à prix d’or, le fils du Président Macky, Amadou Sall , ne sera pas seul dans son combat contre son accusateur, Serigne Assane Mbacké. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, des responsables de la mouvance présidentielle du département de Pikine prennent fait et cause pour le fiston du couple Faye-Sall. A en croire Ngagne Gueye : «Serigne Assane Mbacké se trompe de cible en s’attaquant à Amadou Sall. Il fait preuve de très mauvaise foi en agissant de la sorte. Faire la politique ne veut pas dire  inventer des histoires qui ne reposent sur rien. Son acharnement sur le fils du président est injustifié. Nous lui demandons d’épargner, de grâce, cet enfant paisible  de ses inepties», a laissé entendre le responsable politique APR dans la Commune de Pikine-Ouest. Le jeune Ngagne, de poursuivre sa diatribe : «Assane Mbacké sait qu’il ne vaut rien. C’est une peste sociale. Nous lui demandons de cesser d’utiliser des armes non conventionnelles pour ternir l’image des gens sinon, nous allons lui trouver sur ce terrain. Désormais, sera œil pour œil, dent pour dent », a soutenu Ngagne Gueye, le cœur plein de rage.

Add a comment

Affichages : 275

Journalbic.com

Top Desktop version