Journalbic

Articles société

La mairie de Rufisque assaillie par les ex-agents de la Dst...

mairie rufisque

Ça s’enflamme à Rufisque. La mairie de la ville est assaillie par les ex-travailleurs de la Direction des services techniques (Dst) qui râlent à tout bout de chemin. Ils veulent se faire entendre par le maire, Daouda Niang qui, disent-ils, leur doit des arriérés de salaires. Des pneus ont même été brûlés.

Add a comment

Affichages : 48

Réaction de Mimi Touré après sa nomination à la tête du CESE

mimi toure 200 milliards

L’ancienne  premiere ministre vient de réagir après sa nomination  par le président de la République, à la tête  du Conseil économique, social et environnemental (CESE). 

Sur sa page facebook, Mimi Touré n’a pas manqué de magnifier la décision et se dit, prête à jouer pleinement sa partition.

«Je voudrais remercier le Président de la République Macky Sall pour sa confiance qu’il m’a renouvelée en me nommant Présidente du Conseil Économique, Social et Environnemental », a magnifié l’ancienne ministre de la justice.

Et de faire savoir: »Je lui renouvelle mon engagement, ma loyauté et à ma détermination à remplir cette nouvelle mission».

Add a comment

Affichages : 40

Affaire Amadou Woury Diallo : Me Assane Dioma Ndiaye réclame des sanctions….

trafic medicament darah

« Comment se fait-il qu’on puisse gracier quelqu’un, alors que la décision n’est pas définitive ? » Une interrogation de Me Assane Dioma Ndiaye. L’avocat a été interrogé par la radio Zik Fm concernant l’affaire Amadou Woury Diallo, le trafiquant de médicaments de Touba Bélel.

Amadou Woury Diallo a été arrêté et condamné avant, par la suite, d’être élargi de prison, contre toute attente. Une décision qui Me Assane Dioma Ndiaye n’arrive pas à comprendre.

« Nous savons que cette affaire a troublé l’ordre public et a suscité l’émoi, et les pharmaciens sont très préoccupés par cette vente illicite de médicaments. Que cette grâce intervienne moins de six mois après la décision qui a été rendue au tribunal régional de Diourbel, cela pose problème. Mais plus encore, la légalité de la mesure, parce que pour qu’il y ait grâce, il faut qu’il y ait une décision définitive. Comment se fait-il qu’on puisse gracier quelqu’un, alors que la décision n’est pas définitive ? » s’est interrogé Me Assane Dioma.

Pour l’avocat, qui revenait sur ce qui s’est passé, ce lundi à la Cour d’appel, « c’est que la cour s’est rendu compte que le détenu n’était plus en détention. Dans son dossier, il n’y avait aucun élément pouvant attester une libération légale. Ça inquiète les citoyens et ça alimente également toute cette pathologie qui entoure la justice sénégalaise… »

Qui est responsable de cette décision ? Une question qui taraude les esprits de nombre de Sénégalais. Le droit de l’hommiste » reste quand même convaincu qu’il y a sûrement un dysfonctionnement quelque part.

« Du point de vue de l’éligibilité, parce que pour être éligible à une grâce, il faut une décision définitive ; or, là, il n’y en avait pas. Il devait être rejugé en appel. Et ensuite les grâces, c’est généralement pour des petites infractions, des petites peines de six mois ou des moins d’un an et qu’on fait un pari sur la personne pour lui dire qu’on vous accorde une grâce et permettre de vous insérer dans la société. Et la gravité des infractions est du fait du caractère non définitif de la décision. Je ne crois pas également qu’il y ait légalité dans cette affaire. Et si tel est le cas, il doit y avoir des sanctions…« , préconise-t-il.

« D’abord, il y a un rapport qui a été établi à l’attention du président de la République, des propositions ont été faites. Quels sont les acteurs qui ont intervenu ? A quel niveau, on a pu introduire le dossier dans le circuit pour que grâce s’ensuive ? » Autant de pistes soulevées par Me Assane Dioma qui n’écarte pas la thèse des relations diplomatiques qui ont abouti à des tractations au plus haut niveau entre le Sénégal et la Guinée.

Add a comment

Affichages : 42

Pitbull abattu : le préfet de Pikine dément l’Obs

ptbull i obs

«Le pitbull qui a déchiqueté le talibé, abattu». L’information a été démentie par le préfet de Pikine, Mouhamadou Moustapha Ndiaye qui indique « n’avoir rien ordonné»

Selon Africa Check, le pitbull n’a pas été abattu. Et  d’apres Oumar Ndiaye, le sous-préfet de Pikine, qui s’est occupé de l’affaire, le chien a été isolé sur ses recommandations, et non abattu comme le prétendent beaucoup de sites et certains quotidiens sénégalais.« On a pris les dispositions pour l’isoler parce qu’il constitue un danger », dit-il.

«J’ai pris les dispositions légales avec les services compétents. J’ai coordonné l’affaire de bout en bout, je l’assume totalement, mais le chien n’a pas été abattu », confie le sous-préfet de Pikine.

Cependant, il n’a pas manqué de confirmer que le propriétaire du chien a été déféré au Parquet, et que l’enfant mordu par le chien, grièvement blessé, se trouve dans un établissement sanitaire.

Add a comment

Affichages : 63

Accusé par Adama Gaye, Souleymane Jules Diop enfoncé par sa propre Sœur

souleymane jules diop

Suite à un article intitulé « Adama Gaye traite Souleymane jules Diop de voleur » paru sur www.xibaaru.sn le 12 mai, la sœur de Souleymane Jules Diop, Hélène Chopin a fait un commentaire sur la page facebook de Adama Gaye pour répondre ou commenter son accusation…Suite à un article intitulé « Adama Gaye traite Souleymane jules Diop de voleur » paru sur www.xibaaru.sn le 12 mai, la sœur de Souleymane Jules Diop, Hélène Chopin a fait un commentaire sur la page facebook de Adama Gaye pour répondre ou commenter son accusation…
Une réponse très salée…
La réponse de Hélène Chopin à Adama Gaye cache plutôt des révélations sur son frère. Comme si Hélène attendait l’étincelle pour poser la dynamite qui va exploser au visage de son frère. Adama Gaye lui a servi l’allumette sur un plateau d’or. Et elle n’y est pas allée de main morte…Avec des mots durs comme MERCENAIRE, CHANTAGE, MANIPULATION, tout ceci attribué à son frère. Et l’accusation la plus dangereuse contre son frère est le fait qu’il enregistre tous ceux qui l’appellent…Même le Prési ! Adama Gaye de son côté a décidé de porter plainte contre Hélène Chopin (voir sa réponse après le commentaire de Hélène Chopin).
Voici le commentaire in extenso de Hélène Chopin pris sur Facebook
En tous cas, vous êtes TOUS PAREILS… MERCENAIRES de la PLUMES, il y a des PLUMES plus affûtées que les Vôtres, posées et réfléchies. Seulement aussi bien Vous que Souleymane en avez fait un INSTRUMENT de CHANTAGE et de MANIPULATION. Communiquer n’est pas Manipuler….Peu Courageux, Mystificateurs    avec des Diplômes de je ne sais où, vous créez un  » mythe » autour de votre personne et passez votre vie à Insulter…..Souleymane est manipulateur comme pas possible, dès que vous lui dites « Allô » il vous enregistre, il n épargne personne, il a des audios de tous ceux qui l appellent, y compris Macky SALL, Samny Lucien CHAUPIN, et j’ en passe….S’ il vous trouve sur votre lit de Mort,  rendez votre dernier soupir lentement et silencieusement et très discrétement, qu il ne vous entende pas. Si vous devez mourir dans le désert à ses côtés, creusez discrétement votre tombe et faites en sorte de ralentir vos pas et de ne pas succomber à ses yeux. Pour votre dignité…..Il sait de qui il tient la manipulation depuis tout petit…..Ma pauvre maman en a longtemps payé les frais….Il faut aller chercher du boulot, se perfectionner, exister par soi même. C est valable pour vous deux Adama GAYE. L un n est pas meilleur que l autre, tout dépend du côté du moment où vous vous trouvez ou de ce que vous lorgnez….. Bon courage aux deux. Cordialement.HDC

 Ci-dessous la réponse Adama Gaye à Hélène Chopin intitulés « Les diplômes et nous… »
Pendant longtemps le diplôme décroché à l’école a été le baromètre principal, intangible, admis par tous, pour déterminer la promotion des individus dans l’Etat et la société. Tricher ou être mauvais élève était se mettre hors jeu, hypothéquer son avenir pour quiconque choisissait cette voie -ou n’avait pas la chance de passer entre les mailles du filet scolaire pour avancer. Tel était le grand service rendu par Léopold Sedar Senghor, premier président du Sénégal, à la nation et à tous ceux qui croyaient en l’effort individuel. Il avait fait de l’obtention du diplôme la pierre angulaire de sa politique éducative. C’est pourquoi, chaque année, il honorait, au Concours général les meilleurs d’entre-nous, tels, entre-autres, les Semou Pathe Gueye, Souleymane Bachir Diagne, Rose Dieng. Nous avions des modèles à émuler. De tout cela, il n’en reste, hélas, plus qu’un souvenir !Depuis quelques années, en effet, depuis la démocratisation politique ayant permis à ceux qui avaient échoué sur les bancs scolaires d’emprunter le fast-track de l’enrichissement et de l’accès, sans le mériter, au sommet de l’échelle sociopolitique, il y a comme une volonté de rejeter l’école comme lieu d’arbitrage, de test et validation des talents et mérites.A tel point qu’on se permet même d’inventer un nouveau diplôme hors normes : la LMD, lutte-musique-danse, le tout chapeauté par la politique. L’argent facile obtenu sur ces terrains ludiques marginalise davantage l’école où le sens du sacrifice et de l’effort, du mérite, deviennent ringards.Que voulez-vous? Quand on a un président illégitime, Macky SALL, qui a menti sur le (faux) diplôme qu’il n’a pas eu à l’institut français du pétrole, comme me l’a confié, preuves à l’appui, un produit de cette prestigieuse institution. Quand on sait qu’aussi bien lui que Wade ont promu des gens sans qualification et au parcours non vérifié simplement parce qu’ils étaient souples d’échine! L’école, disons-le, reste le meilleur filtre pour identifier les talents et choisir les leaders de nos sociétés. Vouloir la banaliser participe du même souci de maintenir nos pays au bas de l’échelle dans la compétition inter-etatiques.C’est donc le lieu de dire à tous ceux qui croient aux vertus de l’école de mener le combat pour son retour au centre de nos…politiques publiques. Voilà une occasion de pratiquer le fast-track en exigeant que tout le monde sorte ses diplômes. Werenteh khoukhane, disent les wolofs, simi toubeye rek—-mieux vaut voir une fois qu’entendre mille fois !Remettons les études sérieuses, les élèves, étudiants, enseignants au centre du jeu. Je n’ai que mépris pour ceux, jaloux et méchants, telle cette dame, qui brocardent les aspirants au savoir -qui passe par l’école ! Bien sûr, défendre la primordialite de l’école, ce n’est pas rejeter les autres voies, honnêtes, de réussite dans la vie. Ps: La sœur de Souleymane Jules Diop, une certaine Hellène Della Chaupin, que je finirai par traîner en justice, s’est défoulée ici hier en parlant des problèmes de leur famille qui n’intéressent personne. Se taisant sur les magouilles criminelles commises au PUDC, s’imaginant pouvoir distraire son monde par rapport au grave scandale dans lequel trempe son parent -volonté de le couvrir? Toujours pour détourner l’attention des gens, elle a ensuite osé émettre des doutes sur mes diplômes. Diffamation ! Tous mes diplômes sont obtenus. Fin juin à Oxford, on fera la fête du cinquantenaire de l’existence de l’un d’eux. J’y serai. Le 25 mai, journée de l’Afrique, la London School of Economics fêtera un autre. A La Sorbonne, a Geneve, a Paris2, à l’Ucad, à Harvard, à Shanghai, etc toutes les formations que j’ai suivies -que je continue- sont disponibles. 
By the way, Hellene, demandez à votre frère, qui est venu s’asseoir dans la foule quand j’étais sur le plateau de la plus grande émission de télévision du Canada en questions internationales. Youssou Ndour qui y avait été invité aussi se souviendra de la différence. Comme le journaliste Jean François Lépine: yeux ébahis, il en garde le souvenir. Comme Jules.
Jeunes Sénégalais, étudiez et, comme moi, soyez fiers de vos diplômes. N’écoutez pas les intrus…
*Si vous étiez capable de retenue, je vous aurai invitée au Black neck Tie dinner d’Oxford, le 28 juin, pour que vous voyiez. Mais vraiment on ne donne pas du caviar à certaine locataire de porcherie.

Add a comment

Affichages : 59

Journalbic.com

Top Desktop version