Journalbic

Articles société

Mbagnick Ndiaye : « Gandhi est multidimensionnel »

aagand

Le ministre de la Culture et de la Communication a salué un homme exceptionnel dont le rayonnement s’étend sur l’ensemble de la planète. Selon Mbagnick Ndiaye, cette exposition ouverte dans le cadre du Festival de l’Inde au Sénégal, offre l’honneur insigne de rendre un hommage solennel à cette figure particulièrement remarquable de l’histoire. « Gandhi est réputé pour être un être multidimensionnel. Le penseur fécond et apôtre de la non-violence cohabitait en lui avec l’homme politique, porteur de valeurs les plus élevées de sa société », a-t-il relevé. Nationaliste jusque dans l’âme, poursuit-il, il a fait face, avec une vaillance inouïe, à l’Empire britannique.
Aux yeux du ministre, Gandhi portait l’empreinte d’une générosité totale ponctuée par le don de sa propre vie. D’ailleurs, à l’en croire, c’est ce qui explique la place que l’Inde et le monde accordent au Mahatma dont la philosophie est l’amour, qui, de façon naturelle et cohérente, s’exprime à travers la culture permanente de la non-violence et de la paix. « Le président de la République, Macky Sall, est particulièrement attaché, à l’instar du peuple sénégalais, à cette philosophie qui prône la compréhension entre les peuples, le respect des identités et la quête du progrès de l’humanité dans la concorde », a fait savoir Mbagnick Ndiaye, ajoutant que c’est le sens de la « Téranga » qui est un art de vivre sénégalais, mais aussi celui de « Tiranga », inspiré des plus hautes valeurs de l’Inde.

 

Add a comment

Affichages : 1315

16 ans après la mort de Balla Gaye, les étudiants de l’Ucad ruminent toujours leur colère

aadiang

31 janvier, les étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) se souviennent de leurs martyrs, Balla Gaye et Mamadou Diop. Ils ont rendu un vibrant hommage à ces « martyrs » ce mardi.

Habillés en tricots blancs à l’effigie de Balla Gaye et de Mamadou Diop, les étudiants de l’Ucad ont témoigné leur gratitude envers ces disparus. La cérémonie, il faut le rappeler, sobre, s’est déroulée devant le Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) ce mardi matin.
Des prières pour le repos d’âmes des étudiants disparus ont été observées. Ensemble, les étudiants, représentés en majorité par le Collectif des amicales de l’UCAD, ont dit non à la violence dans l’espace universitaire. « Plus jamais ça », « Halte à la violence pour un espace universitaire paisible », … pouvait-on lire sur les tricots confectionnés pour l’occasion.
Balla Gaye est Tombé sous les balles des policiers lors d’une manifestation des étudiants de l’Ucad qui réclamaient leur bourse le 31 janvier 2001. Son véritable meurtrier ne sera jamais connu. Le policier Thiendella Ndiaye, désigné comme étant l’auteur de la balle qui a ôté la vie à l’étudiant, est blanchi par la justice sénégalaise.
Seize ans après, les étudiants refusent d’enterrer l’affaire Balla Gaye. Pour S. Diop, le président de la commission sociale de l’Amicale des étudiants de la Faculté de médecine, « il est hors de question d’enterrer l’affaire Balla Gaye tant que la justice n’est pas rendue ».
« on veut que la justice soit faite. Cela fait des années que nous courons derrière les autorités et jusqu’à présent rien n’est fait. Et nous demandons à nos autorités que ce problème soit réglé le plutôt possible », a-t-il déclaré.
Quant à l’autre martyr, Mamadou Diop, il a été tué lors d’une manifestation du M23 à la place de l’obélisque le 29 janvier 2012. Il était étudiant en Master 2 de lettres modernes à l’université Cheick Anta Diop de Dakar. Mamdou Diop était socialiste.
Les policiers Tamsir Ousmane Thiam et Wagane Souaré reconnus coupables dans l’affaire de la mort de l’étudiant Mamadou Diop, ont écopé respectivement de 2 ans et 3 mois de prison ferme. L’Etat du Sénégal, reconnu civilement responsable doit payer une amende de 20 millions de francs Cfa à la famille de Mamadou Diop.

 

Add a comment

Affichages : 1327

La Dic fait tomber 4 militaires membres de la sécurité de Zaïnab Jammeh

aadiab

Selon les informations de Libération, le général Bora Colley, chef des «Jungullars» de Yahya Jammeh est entendu depuis samedi dernier à la Division des investigations criminelles (Dic) sous le régime de la garde-à-vue. Il a été transféré à Dakar ainsi que 4 autres militaires, membres de la sécurité de Zaïnab Jammeh, l’épouse de Yahya.
Le dispositif mis en place par la police sénégalaise depuis le début de la crise gambienne a encore fait des victimes. Libération révèle que quatre militaires membres de la sécurité de l’épouse de Yahya Jammeh ont été arrêtés à Karang.
D’après le journal, ces militaires qui avaient accompagné Zaïnab Jammeh lors de son exil, tentaient de revenir en Gambie. Ils ont été arrêtés et transférés à Dakar.
Avant eux, le général Bora Colley, chef des «Jungullars», «des tueurs froids à la solde de Jammeh», avait été interpellé à Mpack, le 25 janvier dernier. Il est interrogé depuis samedi par la police judiciaire sénégalaise.

Add a comment

Affichages : 883

Kolda: L’élève tué par une bande armée …Inhumé dans village natal

aakol

Lamine Sanding, comme c’est de lui qu’il s’agit, est inhumé ce lundi soir au cimetière de Koulécounda son village natal. Elève en classe de CM2 à l’école élémentaire de Témento Djidé, lamine Sanding ne savait pas qu’il avait rendez-vous avec la mort quand il se rendait à la ziara de la communauté mandingue à Saré Pathé Bouya. Après cette fête religieuse, le garçon de 13 ans regagnait son village natal. Et sur le chemin du retour, il a fait les frais d’une bande armée qui écumait la zone, en dépouillant les passagers des véhicules immobilisés. Cette bande de six personnes armées qui a donné la mort a cet écolier. A l’annonce de cette triste nouvelle, c’est l’émoi et la consternation à Koulécounda et à Témento Djidé. Ainsi sur instruction de l’inspecteur de l’Education et de la Formation(IEF), les cours ont vaqué. Enseignants et élèves de l’école se sont rendus au domicile du défunt pour compatir à la douleur au côté de la famille. A en croire au directeur de l’école «un élève sérieux, discipliné et travailleur vient de quitter ce monde à la fleur de l’âge ». Djibril Touré et ses collègues plaident pour le retour des cantonnements militaires dans cette zone.

 

Add a comment

Affichages : 710

Un arrêté ministériel exige une assurance au transport hippomobile

aachare

Le transport hippomobile va désormais devoir se doter d’une assurance. Un nouvel arrêté ministériel relatif au transport des véhicules à traction animale, pour surmonter l’inscription «à perte et profit» des dommages causés aux autres usagers de la route assurés et s’acquittant d’autres taxes, vient de tomber.
« En décembre dernier, les ministres en charge de l’Elevage, des Transports terrestres et de l’Intérieur avaient co-signé un arrêté intégrant cette nouvelle donne qui n’était pas prévue dans l’arrêté de 1995 », a expliqué le Directeur du développement des équidés au ministère de l’Elevage et des Productions animales, Bassirou Fall.
Ce dernier présidait ce lundi, à l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), un atelier de partage de cet arrêté et d’informations sur le bien-être des équidés.
Suivant Bassirou Fall, «il n’est pas normal que les charretiers continuent d’exposer les équidés aux dangers de la route, mais également de constituer un danger pour les autres usagers de la route», a-t-il souligné.
Les ministères en charge de l’Elevage, de l’Intérieur, des Transports terrestres, les vétérinaires, les Compagnies d’assurances agricoles, les associations d’éleveurs, ont réfléchi sur les contours de ce nouveau document administratif portant réglementation du transport des véhicules à traction hippomobile.
Ainsi selon Rougiyatou Fall, la chargée du plaidoyer à BAO, organisation britannique leader dans le bien-être des équidés, « il est question de vulgariser les techniques d’élevage qui permettent aux animaux de recevoir une bonne alimentation, de l’eau potable, d’être bien logés, bien soignés et bien pansés ».
L’organisation déroule depuis 2011 des projets sur le bien-être des chevaux, ânes et mulets dans les localités de Thiès, Louga et Sokone.

Add a comment

Affichages : 695

Journalbic.com

Top Desktop version