Journalbic

Articles société

Kédougou : le jeune Yamadou Sagna repose aux côtés de ses frères morts sous les balles…

aamor

Le jeune Yamadou Sagna a été inhumée au cimetière de Kédougou où reposent Sina Sidibé, Kécouta Sidibé et Mamadou Doudou Diallo, tous tués par des éléments des forces de défense et de sécurité.

A la levée du corps du jeune Yamadou Sagna, cinquième victime des forces de défense et de sécurité à Kédougou, étaient présents la jeunesse, les notables, parents et alliés du Bélédougou, Sirimana, du Dantila. Il était difficile pour les uns et les autres de retenir leurs larmes. La maman de la victime était inconsolable. l y avait un monde fou venu soutenir la famille dans cette circonstance douloureuse.

Yamadou a été enterré au cimetière de Kédougou reposant désormais aux côté ses frères Sina Sidibé, Kécouta Sidibé, Mamadou Doudou Diallo qui ont tous perdu la vie suite à des bavures policières.

Add a comment

Affichages : 625

Animateur et Journaliste, 2 métiers qui « s’assemblent » mais ne se ressemblent pas !

aanima

Qui se ressemble s’assemble a-t-on l’habitude de dire mais y a-t-il une différence entre un animateur et un journaliste ? On serait tenté de dire qu’un animateur présente un évènement (table ronde, congrès, promotion commerciale ou autre) ou une émission. Il s’informe sur ce qu’il doit présenter, sur les personnes qui participent et essaient de mettre le tout en valeur alors qu’un journaliste présente de l’information, si possible en ayant fait un travail d’enquête et en ayant recoupé ses sources. Il se doit de l’expliquer de façon claire et objective.
Mais au Sénégal, entre animateur et journaliste, c’est comme la police et l’armée, tout est mélangé dans les medias. Certains se croient animateurs alors qu’ils sont journalistes et d’autres se croient journalistes alors qu’ils sont animateurs.
C’est la mode qui fait qu’aujourd’hui certains animateurs se prennent pour des journalistes et n’en sont pas. Et quelle serait leur limite dans la diffusion des informations ?
Mieux vaut viser l’excellence et s’en approcher que de viser la médiocrité et l’atteindre.
Et si leur niveau d’étude n’avait rien à voir avec la presse alors deux questions s’imposent:
1 Est-ce que l’information qu’ils transmissent est bonne ?
2 Est-ce que c’est fait dans les règles de l’art ?
Tout de même, les gens ne cherchent plus à savoir si l’information est sûre ou pas si c’est un journaliste ou un animateur qui le dit donc beaucoup de fautes sont commises.
Les médias au Sénégal regorgent trop d’ignorants qui n’ont aucune culture générale et ne savent même pas où se situe le nord.
De jour en jour, on constate des animateurs impulsifs qui se permettent de trancher sur des questions qu’ils ignorent, sur des sensibilités sur la mémoire collective. Certaines animatrices en ont payé le prix fort de leur énorme «bourde» jusqu’à présenter des excuses publiquement.
Chaque matin, on voit des Beyoncé des Rihanna des Lady Gaga version sénégalaise animées des émissions sur de sublimes plateaux éclairés et climatisés, on ne peut pas rêver mieux mais si elles ne prennent pas la peine de vérifier les informations de faits divers en faisant une descente sur le terrain en se salissant dans la poussière comme les journalistes le font, c’est sûr qu’il y aura toujours des dérives de la part de ses animatrices.
On a l’habitude de dire «rendez à César ce qui appartient à César», à quand les animateurs arrêteront de jouer aux journalistes ?

Add a comment

Affichages : 643

Mbaye Gueye, Président de l’ordre des avocats du Sénégal invite à augmenter le rôle de l’avocat

aavoc

«La Justice renvoie à une véritable famille que nous vivons ici au Sénégal. Nous devons veiller à son respect et à sa garantie et l’avocat à un rôle prépondérant à jouer en ce sens. C’est pourquoi, le règlement de l’Uemoa est venu à son heure, avec la présence d’un avocat dès les premières heures d’interpellation du prévenu, par que gage de sincérité, un juste équilibre dans la marche du temps. Ainsi, il faut renforcer le rôle de l’avocat qui demeure un incompris dans certains de nos Etats», a déclaré Mbaye Gueye, devant ses pairs à la cérémonie de la rentrée solennelle de la conférence du stage 2017, au King Fahd, ce mardi.
Sur le devenir d’un jeune avocat, le bâtonnier a laissé entendre que’«un jeune avocat compétent est un sacerdoce pour un barreau plus fort». En ce sens, il l’exhorte à l’humilité et surtout à la compétence : la conscience, au courage, afin de porter haut le combat sans laisser aucune insuffisance».
Parce que dit-il «un avocat inscrit au barreau est un technicien du droit. Et l’avocat qui veut asseoir une bonne carrière professionnelle dit-il «doit s’assurer de son talent, rester à la quête permanente de la bonne pratique».
Pour Mbaye Gueye : «chaque avocat doit avoir un domaine de compétence précis, c’est pourquoi, la formation continue doit être privilégiée. Ce, pour une réussite personnelle».
Autant de garanties qui ont fait dire à la vice-présidente de l’ordre de Paris, qu’«un avocat doit être indépendant, sans quoi, il ne pourra pas faire convenablement son travail».

Add a comment

Affichages : 578

Mardi grave à Kédougou: le poste de Douanes et la Brigade de gendarmerie incendiés

aapost

Les populations de Bakhody, village situé dans le département de Saraya (région de Kédougou), ont étalé leur colère hier, mardi 14 février. Elles ont brûlé le poste des Douanes et la brigade de gendarmerie de la localité. Elles protestaient contre la mort de Yamadou Sagna, un jeune orpailleur de 21 ans, marié et père de deux enfants. Ce dernier aurait été tué avant-hier, lundi 13 février, par un agent des Douanes ayant fait usage de son arme à feu. Ce, alors que des orpailleurs dont le matériel a été saisi ont tenté de rentrer en possession de leurs biens.
La tension était vive à Saraya. Armés de pierres et de bouteilles, les jeunes ont semé le désordre dans le département. Le premier déploiement de gendarmes n’a pu éviter la mise à feu de la gendarmerie et le poste de Douanes. Les grenades lacrymogènes et les tirs en l’air d’armes en feu, en guise de sommation, n’ont servi à rien. Il a fallu l’intervention des gendarmes arrivés en renfort de Kédougou pour un retour au calme.
«Nous en avons marre, a fulminé un des jeunes manifestants du nom de Bangali Danfakha. On nous tue comme des animaux. Il faut que cela cesse.»
Membre du Conseil économique, social et environnemental, Sadio Danfakha embraye : «Cela n’est qu’une illustration de la situation d’injustice et d’oppression dans laquelle vivent les populations de Saraya. L’État doit s’auto-saisir pour prendre en charge cette question et revoir le comportement des gendarmes et des douaniers. Ils en font trop.»
Selon le décompte macabre des jeunes, Yamadou Sagna est la quatrième victime des forces de sécurité en 9 ans. Le 23 décembre 2008, le jeune Sina Sidibé a été tué par balle au cours d’une manifestation réprimée par les forces de l’ordre. En août 2012, c’est le sourd et muet Kékouta Sidibé qui périt suite, dit-on, à des actes tortures subis au niveau de la brigade de gendarmerie. Moins de deux ans plus tard, en septembre 2014, c’est le détenu Mamadou Doudou Diallo qui a été abattu par un garde pénitentiaire. Dans un communiqué, le gouvernement a présenté ses condoléances à la famille de Yamadou Sagna. Il a aussi informé que les deux douaniers mis en cause dans la mort de ce dernier ont été arrêtés, pour les besoins de l’enquête, et qu’une information judiciaire a été ouverte.

 

Add a comment

Affichages : 631

Un camion prend feu à Hauteur de Hann

aacami

Hier, en début d’après midi, les automobilistes et autres passants qui se trouvaient près du rond point de Hann à côté de Emg, ont eu la peur de leur vie. Selon le journal l’As, un camion benne qui avait fini de faire le tour du rond point s’est juste arrêté en face de Emg et a vu son moteur chauffer grave, beaucoup de fumée se dégageant du capot. Inquiets, le chauffeur du camion et son apprenti sont sortis du véhicule pour tenter de trouver une solution à cet incident avec l’aide des passants. Mais malheureusement, le petit extincteur dont ils disposaient n’a pas fait l’affaire devant les flammes qui se sont subitement déclenchées. Très rapidement, la cabine du camion a pris feu. Tenus à longue distance par les flammes, les camionneurs n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer. En l’espace de quelques minutes, la cabine avant du camion benne a été complètement calcinée. Le feu allait se répandre même au reste du camion et menacer les autres véhicules. C’est ainsi que les sapeurs pompiers ont été alertés. Arrivés avec un petit retard, les soldats du feu ont utilisé une grande quantité d’eau pour venir à bout des flammes. Mais à l’exception de la benne du camion, toute la cabine avant a été calcinée. Pendant toute la durée de l’incendie, la circulation a été bloquée du rond point des Maristes à la Cité des Eaux en passant sous le pont de Hann. Il a fallu plusieurs heures pour que l’embouteillage monstre provoqué par l’incident commence à disparaître.

Add a comment

Affichages : 635

Journalbic.com

Top Desktop version