Journalbic

Articles société

L’histoire tragique qui se cache derrière cette photo

mal 1Saïda Ahmad Baghili (18 ans) est le symbole de la famine qui ravage le Yémen. Son visage décharné jette une lumière crue sur le drame oublié que traverse son pays.

Une jeune femme allongée, la peau sur les os. Diffusées le 25 octobre par des agences de presse comme l’AFP et Reuters, les photos de Saïda Ahmad Baghili rappellent la violence du conflit qui secoue le Yémen depuis 2014. Les combats entre la coalition menée par l’Arabie saoudite et les rebelles Houthi soutenus par l’Iran ont fait plus de 6.900 morts et 35.000 blessés.

Famine
Comme 14 millions de Yéménites, soit la moitié de la population, selon l’ONU, cette jeune femme de 18 ans est victime de la famine. Malade depuis cinq ans, elle a vu sa santé se détériorer avec la guerre. « Elle ne peut pas manger, sa gorge lui fait mal », explique sa tante à l’agence Reuters.

The Times
À l’hôpital d’Hodeïda, Saïda Ahmad Baghili ne se nourrit que de jus de fruit, de thé et de lait. Jeudi 27 octobre, son portrait s’est affiché à la une du quotidien britannique The Times.

Deux jours plus tôt, le Progamme alimentaire mondial (PAM) a tiré la sonnette d’alarme. « La faim augmente chaque jour et les gens ont épuisé tous leurs moyens de survie. Des millions de personnes ne peuvent pas survivre sans aide extérieure », s’est alarmé le directeur régional du PAM, Muhannad Hadi.

257 millions de dollars
Cet organisme de l’ONU craint que « toute une génération soit durement touchée par la famine ». Il annonce « avoir besoin de plus de 257 millions de dollars (environ 235 millions d’euros) pour apporter d’ici mars 2017 une assistance alimentaire vitale », notamment aux plus vulnérables, dont les femmes et les enfants.

Add a comment

Affichages : 907

Violation de la Loi antitabac: la Listab annonce une plainte contre la série Wiri Wiri

bal

La Ligue sénégalaise de lutte contre le tabac (Listab) compte saisir la justice contre certains acteurs de la série Wiri Wiri pour violation de la Loi antitabac. En effet dans l’épisode diffusée sur la Tfm lundi, on pouvait apercevoir le lutteur Balla GayeII et Cheikh Ndiaye dit Jojo fumaient. Une attitude qui a frustré la Listab.

a annoncé qu’elle va porter plainte et saisir le Cnra et les familles religieuses suite à la violation de la Loi antitabac dans la série diffusée sur la Tfm Wiri Wiri.
Très en colère contre la Télévision futurs média (Tfm). Un courroux qui résulterait du comportement de ladite station qui viole la loi antitabac n° 12/2014 du 14 Mars 2014 à travers les actes posés par le lutteur Balla Gaye 2 et le comédien Cheikh Ndiaye (Jojo) qui fumaient dans la série Wiri Wiri.

La Listab s’indigne du comportement de certains acteurs de cette série. « Il a été remarqué que cette télévision ne cesse de faire de la publicité sur le tabac dans la série Wiri Wiri. La Listab compte porter plainte et saisir la Cnra (Commission nationale de régulation de l’audiovisuel), a déclaré la structure.

Dans le document, il est aussi relevé que, outre cette plainte annoncée, «des courriers seront envoyées à toutes les familles religieuses du Sénégal. Car, ces dernières dans le vote de la loi, ont soutenu et adhéré au combat de la Listab. Aucune forme de publicités sur le tabac ne sera tolérée », déclare la structure sur un ton ferme.

Après la signature des décrets d’applications par le président de la République, la Listab dit appeler solennellement la Tfm « au respect pour la mise en œuvre parfaite de ces décrets d’applications. A ce titre, une conférence de presse c'est tenu ce mercredi, dans la commune de Ngor - . Une rencontre, « portant connaissance à toute la population de ce pays, que la Tfm est dans une dynamique de saper, tout le travail colossal qu’a fait jusqu’ ici la société civile avec l’appui du ministère de la santé uniquement pour remplir leurs caisses ».
Santé

Add a comment

Affichages : 603

Crime passionnel à Yarakh: Le chef d’entreprise chinois poignardé par son amant sénégalais

pakaLe paisible quartier de Hann Marinas (Yarakh) a été, mardi dernier, le théâtre d’un crime passionnel, sanctionné par la mort atroce d’un chef d’entreprise chinois (Taiwan), Chen Ch. Hung. Il aurait été sauvagement poignardé par son amant sénégalais. En cavale, le présumé meurtrier est démasqué à Rufisque par la Sûreté urbaine de Dakar.

Après avoir élucidé, en un temps record le double meurtre du Franco-libanais Issam Fawaz et de l’Autrichien William K., le 5 février dernier, les limiers de la SU ont hérité d’un autre crime passionnel. Cette fois, le drame qui a pour soubassement des actes contre-nature, remonte au mardi 25 octobre 2016.

La victime qui a été identifié sous le nom de Chen Chung Hung, passe pour un richissime patron à la tête d’une entreprise chinoise d’envergure, spécialisée dans la commercialisation de produits halieutiques. James, comme l’appelaient communément des intimes, avait été retrouvé allongé dans la pénombre, mardi dernier, vers 21H30mn, sur le rebord de la route des hydrocarbures, non loin d’une station-service.

Le conducteur d’un véhicule qui passait dans les environs, a aperçu un individu allongé sur le rebord de la route, dans la pénombre. Venu aux nouvelles, il constate que la victime souffrait atrocement de vilaines blessures béantes, gisant dans une marge de sang, non loin de son véhicule. Encore conscient, il soufflé à l’oreille de l’individu venu à son secours, le numéro de téléphone de son frère, domicilié à Hann Marinas.

Ce dernier rapplique dare dare. Une fois sur les lieux, il retrouve un frère agonisant. Alerté, les sapeurs-pompiers ont acheminé la victime à l’hôpital Principal où il a rendu l’âme.

Add a comment

Affichages : 595

Crime passionnel à Yarakh: Le chef d’entreprise chinois poignardé par son amant sénégalais

parLe paisible quartier de Hann Marinas (Yarakh) a été, mardi dernier, le théâtre d’un crime passionnel, sanctionné par la mort atroce d’un chef d’entreprise chinois (Taiwan), Chen Ch. Hung. Il aurait été sauvagement poignardé par son amant sénégalais. En cavale, le présumé meurtrier est démasqué à Rufisque par la Sûreté urbaine de Dakar.

Après avoir élucidé, en un temps record le double meurtre du Franco-libanais Issam Fawaz et de l’Autrichien William K., le 5 février dernier, les limiers de la SU ont hérité d’un autre crime passionnel. Cette fois, le drame qui a pour soubassement des actes contre-nature, remonte au mardi 25 octobre 2016.

La victime qui a été identifié sous le nom de Chen Chung Hung, passe pour un richissime patron à la tête d’une entreprise chinoise d’envergure, spécialisée dans la commercialisation de produits halieutiques. James, comme l’appelaient communément des intimes, avait été retrouvé allongé dans la pénombre, mardi dernier, vers 21H30mn, sur le rebord de la route des hydrocarbures, non loin d’une station-service.

Le conducteur d’un véhicule qui passait dans les environs, a aperçu un individu allongé sur le rebord de la route, dans la pénombre. Venu aux nouvelles, il constate que la victime souffrait atrocement de vilaines blessures béantes, gisant dans une marge de sang, non loin de son véhicule. Encore conscient, il soufflé à l’oreille de l’individu venu à son secours, le numéro de téléphone de son frère, domicilié à Hann Marinas.

Ce dernier rapplique dare dare. Une fois sur les lieux, il retrouve un frère agonisant. Alerté, les sapeurs-pompiers ont acheminé la victime à l’hôpital Principal où il a rendu l’âme.

Add a comment

Affichages : 612

Thiaroye: 2 militaires parachutistes ratent leur atterrissage et se retrouvent aux urgences

pariUn fait plus qu’inédit s’est produit dans la banlieue dakaroise plus précisément à Thiaroye où les manœuvres qu’effectuaient les militaires français et sénégalais, ont mal tourné. Pis, l’atterrissage a enregistré des blessés. 


Il s’agit de deux (2) militaires parachutistes qui ont raté leur piste d’atterrissage et qui se sont retrouvés aux urgences de l’hôpital militaire de Thiaroye, informe la Rfm qui annonce d’autres dégâts car l’un des parachutistes est tombé sur une voiture garée dans l’enceinte de l’hôpital appartenant à une technicienne de laboratoire. Le constat a été fait pour les besoins de l’enquête.

Add a comment

Affichages : 754

Journalbic.com

Top Desktop version