Journalbic

Articles société

Envoi de 2 contingents au Darfour et en Centrafrique: Omar Maal met en garde les policiers contre les abus sexuels

aabmal

284 éléments de la police sénégalaise ont reçu, hier, le drapeau national des mains du directeur national de la police. Ils partent en missions au Darfour et en Centrafrique. Omar Maal les a exhortés à œuvrer au service exclusif de la paix et de ne pas verser dans des abus sexuels.

 

Dans le cadre des opérations des missions de défenses et de sécurité des Nations Unies, les populations civiles, les femmes particulièrement sont souvent victimes d’abus sexuels de la part des hommes de tenue.

Concernant les missionnaires sénégalais, aucun cas n’a été encore décelé. Le directeur national de la police a invité les 284 éléments qui doivent se rendre au Darfour et en Centrafrique d’avoir un bon comportement durant leur mission.

«On leur a demandé d’avoir un comportement irréprochable qu’il ont toujours eu au Sénégal. Or, la mission qui les projette dans théâtres d’opération ne doit être à l’antipode de ce qu’ils ont toujours fait  ici Sénégal. A quatre titre, ils sont ambassadeurs (de leur pays, de l’Afrique, des Nations Unies, de la Police), ils ne doivent décevoir. Ne pas décevoir, c’est ne pas tomber dans le travers que sont les abus sexuels », a laissé  entendre Oumar Maal dans les colonnes de L’Observateur.

Add a comment

Affichages : 591

Birahim Seck : « Seule la publication des termes de l’accord de coopération avec Total pourra lever les doutes »

aabirah

«Lors de sa conférence de presse du 20 septembre 2016 relative aux contrats pétroliers signés par l’État du Sénégal, le Premier ministre Mouhamed Boun Abdalah Dionne nous avait dit qu’en 2015, pour non-respect des engagements de travaux, l’État du Sénégal avait annulé trois (3) contrats de recherche dont celui de African Petroleum (AP) de Frank Timis pour le Bloc de Rufisque Profond.

 

«Si l’on suit la logique du Premier Ministre, African Petroleum n’a plus de part dans le bloc de Rufisque Offshore Profond du moment où le contrat qui le liait au PM est rompu ? Donc, African Petroleum de Frank Timis n’opère plus dans le bloc de Rufisque Profond.Comment est-ce possible qu’une entreprise avec qui l’État a rompu puisse garder ses parts jusqu’à les céder ? Contrairement au PM, la société African Petroleum maintient que le bloc de Rufisque Offshore Profond lui appartient toujours«, révèle Birahim Seck, membre du conseil d’administration du forum civil.

Le contrat de recherche et de partage de production d’hydrocarbures qui lie African Petroleum Sénégal Limited et Petrosen a été signé le 25 Octobre 2011. Il a été approuvé par décret n°2011-1824 du 10 novembre 2011 par le Président de la République Abdoulaye Wade et contre signé par le Premier Ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, ajoute-t-il.

Birahim Seck indique que dans le communiqué publié sur le site officiel de TOTAL (www.total.com), nous pouvons lire que «le premier accord est un contrat de recherche et de partage de production d’hydrocarbure sur le bloc de Rufisque Offshore Profond d’une superficie de 10.357 km2…«.

En réalité, note Birahim Seck, il s’agit du même bloc et du même périmètre de la Zone contractuelle qui a été attribuée à African Petroleum de Frank Timis. «Comme l’atteste l’article 2 du décret précité qui dispose que : «le périmètre de la zone contractuelle concernée qui couvre le bloc de Rufisque Offshore Profond, d’une surface totale réputée égale à 10.357 km2, est défini par les points de référence suivants….«. Cette même superficie était prévue par le décret n°2011-1808 du 2 novembre 2011», note le membre du Forum civil pour étayer ses propos.
Une recolonisation en marche

Birahim Seck ajoute que dans le même communiqué précité, il est mentionné que «le second est un accord de coopération avec Petrosen et le Ministère de l’Energie et du Développement des Energies Renouvelables de la République du Sénégal, aux termes duquel Total réalisera une étude de la zone en mer très profonde, en vue d’en déterminer le potentiel d’exploration et de devenir opérateur d’un bloc d’exploration». Ce qui, à son avis, est une «recolonisation en marche».

«En termes simples, TOTAL va contrôler toutes les ressources pétrolières et gazières du Sénégal Offshore à travers cette «étude de la zone en mer très profonde». Mieux, du moment où il s’agit d’une étude, pourquoi l’État du Sénégal n’a pas lancé un appel à concurrence pour trouver le mieux offrant pour la génération actuelle et future? Seule la publication des termes de ce deuxième contrat peut nous permettre de savoir si les autres géants pétroliers sont définitivement exclus ou non de la «Zone en mer très profonde«, explique Birahim Seck.

Add a comment

Affichages : 561

Liberté provisoire de Khalifa Sall: Le délibéré renvoyé au 3 mai 2017

aakhafffff

C’est ce jeudi que s’est ouvert, devant la Chambre d’accusation de Dakar, l’audience sur l’annulation de la procédure et le rejet de la demande de liberté provisoire du maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall et Cie.
En détention pour « détournement de deniers publics, escroquerie portant sur des deniers publics, faux et usage de faux en écriture administrative et de commerce, complicité d’escroquerie et blanchiment de capitaux », ils ont été renvoyés jusqu’au 3 mai pour le délibéré nous apprend Me Bamba Cissé.
Les partisans du maire de Dakar avaient crié haut et fort leur désir de voir leur leader hors des barreaux, aujourd’hui-même, leur attente va perdurer donc. En outre, les avocats du maire de Dakar n’ont pas voulu se prononcer sur l’affaire et comptent vraisemblablement se concentrer sur le travail pour faire sortir, provisoirement, leur client.
Avant-hier nuit déjà, son compagnon et camarade de parti, Bamba Fall bénéficiait d’une liberté provisoire après que le Parquet général ait renoncé à son pourvoi en cassation.

Add a comment

Affichages : 575

Détournement et blanchiment de capitaux à la Bsic : un ex-agent de la Rts et son fils dans la nasse

aadeto

C’est une rocambolesque affaire de détournement de fonds et blanchiment de capitaux à la Bsic risquant de faire des émules qui a été éventrée, récemment, par les éléments de la Division des investigations criminelles (Dic).

Selon Libération de ce vendredi, aux relents d’une mafia économique, ce scandale financier, qui ne dit pas son nom, implique plusieurs personnes dont un ex-agent de la Radio télévision sénégalaise (Rts). Et certains membres de la bande ont investi l’argent détourné dans des activités économiques “visibles” pour le blanchiment.

En effet, Dénise Théodora…et son fils Papa Ndiack Prospère Diallo sont pris la main dans le sac. Par contre, si le rejeton a reconnu sans ambages les faits à lui reprochés (pour avoir reçu dans le compte de sa mère la somme de 50 .934 700 Fcfa), la maman qui fait dans le clair-obscur, a indiqué aux enquêteurs qu’elle n’est pas en mesure de dire, avec exactitude, l’origine frauduleuse des fonds incriminés.

De la genèse de cette affaire, il ressort que François Boun Dione, agent-compense de son état, a été recruté, le 1er décembre 2012, par la Bsic. Avec comme missions, des activités de compense, consistant à des paiements entre Banques supervisées par la Banque Centrale via un système informatique appelé Sica.

Mais au lieu de la charge qui lui est dévolue, François Boun Dione a trouvé un moyen singulier à lui, pour se faire pleines les poches. Et pour cause, en lieu et place d’ordre de virement, frauduleusement, il transférait l’argent dans le compte de Papa Ndiack Prospère Diallo, fils de l’ex-agent de la Rts.

Son forfait accompli après des années, il trouve le malin plaisir de démissionner de la Bsic, sans éveiller des soupçons. Mais comme tout finit par se savoir sur terre, l’affaire est éventrée.

Lors de fête de Pâques, après des investigations rondement menées pour lui mettre le grappin dessus, il finira par tomber au domicile de ses parents, après avoir changé sa carte Sim pour éviter tout traçage des conversations.

Add a comment

Affichages : 701

Pourquoi Macky n’a pas gracié ce 4 avril

aagra

Ce 4 avril, le chef de l’État n’a pas gracié de détenus. En renonçant à cette tradition, Macky Sall veut mettre fin aux pratiques scandaleuses qui ont longtemps prévalu dans la distribution et la sélection des détenus devant bénéficier de la grâce présidentielle. Du moins temporairement.

C’est la première fois, que la mesure de pardon n’a pas été appliquée à l’occasion de la fête nationale du 4 avril. Il s’agit également d’une première sous le régime de Macky Sall, qui depuis 2012, a accordé la grâce à 7 193 condamnés.

Selon des sources judiciaires, le blocage, ne se situe ni du côté de la Direction de l’administration pénitentiaire (Dap) ni de la Direction des affaires criminelles et des grâces. La décision a été prise en haut lieu.

Entre autres raisons évoquées, l’insécurité grandissante et la délinquance à outrance qui sont en recrudescence dans le pays. Mais surtout, les magouilles dans la distribution des grâces qui ne profitent pas seulement aux ayants droits.

Des places sont illégalement vendues aux détenus, entre 150 mille et un million FCFA. Une pratique qui avait perdu l’ex Directeur de la Maison d’arrêt et de correction de Thiès, condamné à 2 ans ferme par le Tribunal de grande instance régional.

Add a comment

Affichages : 581

Journalbic.com

Top Desktop version