Journalbic

Articles société

Thiaroye Azur : le charbonnier de 60 ans viole une…. et prend la fuite

affaire mongole viole

Cela devient inquiétant. Les viols s’enchaînent en banlieue. La dernière victime est une trisomique, une malade atteinte de mongolisme. La jeune fille de 23 ans, du nom de S. Badji, a été violée, vendredi, par le charbonnier de son quartier, à Mbatal, à Thiaroye Azur. Son bourreau, un homme d’une soixantaine d’années, a pris la fuite.

Les faits relatés par L’Observateur ont eu lieu, hier, vendredi, après la prière. S. Badji, 23 ans, est envoyée par sa mère acheter du charbon pour le thé. Une occasion rêvée pour le vendeur de charbon, qui selon plusieurs témoignages, est un prédateur sexuel. 

S. Badji qui a raconté à ses parents ce qui s’est passé, malgré sa maladie, a expliqué que l’homme l’a fermement saisie avant de la jeter sur un carton, dans un coin désert de son parc pour la violer. Après avoir accompli son forfait, le maniaque sexuel intime à sa victime l’ordre de vider les lieux. 

Ce que fit péniblement S. Badji, qui est quand même arrivée à se traîner jusque chez elle, avant de s’affaler devant la porte. C’est là qu’elle sera découverte par ses parents, les pieds dégoulinant de sang. Ils comprennent tout de suite que leur fille a été violée et l’acheminent à l’hôpital de Thiaroye, avant de finalement se rabattre à l’hôpital de Pikine. 

Mais ils ont quand même eu le temps de se rendre au dépôt de charbon auparavant, mais le charbonnier avait déjà pris la fuite. Sur place, ils trouvent un carton imbibé de sang, des restes de nourriture dans un bol et des objets compromettants qui pourraient aider à retrouver le malfrat. Les pandores de Thiaroye ont déjà ouvert une enquête.

Add a comment

Affichages : 50

Serigne Mountakha Mbacké : « C’est ici, dans ce carré que Serigne Touba m’est apparu en rêve »

serigne mountakha mbacke serigne basse

C’est une bien grosse révélation que vient de faire le Khalige général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Recevant le Dahira « Ahlou Xassida », à Porokhane, dans la nuit du jeudi au vendredi, le Saint homme a fait une révélation de taille à ses hôtes.

« C’est ici, dans ce carré que Serigne Touba m’est apparu en rêve », a-t-il, en confié, dans des propos rapportés par L’Observateur. Et de poursuivre, « je l’ai vu entrer par cette porte et se diriger vers mois. Je me suis mis par terre pour le saluer des deux mains, tout en remerciant le Ciel pour cette rencontre ». 

Serigne Mountakha Mbacké ajoute, « comme je dors toujours avec un bonnet, à un moment, j’ai senti que je ne l’avais pas enlevé. C’est quand j’ai voulu enlever mon bonnet que le marabout s’est retiré ». Des révélations qui ont ému l’assistance.

Add a comment

Affichages : 38

PDS : une « taupe » dans le groupe WhatsApp recherchée

me wade j ai eduque karim dans la foi et la voie du mouridisme et je crois que tout ce que je veux pour cette confrerie lui

Ça grogne au Parti démocratique sénégalais (Pds). A l’origine, des informations diffusées à travers un groupe WhatsApp de la Fédération nationale des cadres, qui se sont retrouvées dans la presse.Ça grogne au Parti démocratique sénégalais (Pds). A l’origine, des informations diffusées à travers un groupe WhatsApp de la Fédération nationale des cadres, qui se sont retrouvées dans la presse.Le quotidien «Les Echos» qui avait diffusé dans son édition d’hier, jeudi 14 mars 2019, l’information selon laquelle Me Amadou Sall avait ordonné aux responsables du Pds de ne pas s’épancher dans la presse, informe que sa source est activement recherchée. Cette dernière serait une « taupe » dans le groupe WhatsApp.

Add a comment

Affichages : 25

La Banque de Dakar (BDK) est victime d'un groupe de hackers.

affaire cyber criminalite

La Banque de Dakar (BDK) est victime d'un groupe de hackers. Il s'agit d'un Sénégalais et de 6 Nigérians qui ont pu, avec un système très sophistiqué, entrer dans son réseau informatique.

Selon les quotidiens L'As et Libération qui ébruitent cette tentaculaire entreprise d'opérations frauduleuses, pas moins de 50 millions de Fcfa ont ainsi pu être pompés… par compte.

Juste pour dire que le décompte final peut atteindre une somme colossale. Cette opération a été rondement menée par la Division de la Cybercriminalité de la Police nationale.

Add a comment

Affichages : 35

« Maîtresse d’un homme marié », ces mots qui sonnent mal à l’oreille !!!

maitresse d un homme marie
Une femme qui a des relations amoureuses durables avec un homme, en dehors du mariage, voila  la définition du premier mot qui choque beaucoup de personnes averties dans "Maîtresse d'un homme marié", cette nouvelle série qui fait polémique. Les séries « Pod et Marichou », « Mbéttel », « Idoles», « Dikoon », « Mola Guenel », étaient les plus regardées au Sénégal, qu’est ce qui explique le fait qu’en moins de trois (3) mois cette série est devenue la plus suivie par les téléspectateurs ; peut-être à cause de ces mots qui sonnent mal à l’oreille " ki may borom kouma nékh la koy diokh ".En tout état de cause, on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs ; dans une série où l’actrice principale joue le rôle de la maitresse, y’aura forcement des scènes assez gênantes, à défaut de les représenter toutes en images, ces mots qui sonnent mal à l’oreille " Yaag Yaag pach lay déf " feront évidement le reste. Si on fait un flashback en regardant le clip du rappeur Canabasse "Na gnou dém" montrant l’actuelle actrice de "Maîtresse d'un homme marié" jouant la fille fugueuse qui se console dans les bras de son copain comme si elle était en pleine lune de miel, coïncidence ou non, on se rend compte qu’elle aimait déjà promouvoir ces genres de scènes pour ne pas dire qu’elle s’est bien ancrée dans la peau d’une femme fatale mais à quelle fin, qui sait !!!En tout cas, le succès des séries sénégalaises résidait dans une grande innovation sur le choix des personnages et des histoires à vendre en termes d’imagination, d’interprétation, de capacité de production et de travail. Mais avec l’arrivée de cette nouvelle série qui met en exergue adultère, fornication, mensonge, violence, arrogance, vulgarité, la limite à ne pas franchir dans une production audiovisuelle vient d’être remise en question.En définitive, l’actrice principale de "Maîtresse d'un homme marié" a volé la vedette aux actrices, ne soyons pas étonné si demain d’autres séries comme « L’amant d’une femme mariée », « Ma fille, on a le même père» ou « Mon mari n’est pas le père de mes enfants » soient diffusées dans nos télévisions nationales et qu’on entende dans les autres séries du moment des mots qui sonneront encore plus mal à l’oreille…

Add a comment

Affichages : 41

Journalbic.com

Top Desktop version