Journalbic

Articles société

«Ce sont des gens qui peuvent se fondre au sein de la population»

armee message casamance

L’armée s’est lancée aux trousses des auteurs de l’attaque de Bourofaye, qui a fait 13 morts et 7 blessés, samedi. Mais la tâche sera difficile, si l’on en croit le patron de la Dirpa, le colonel Abdoul Ndiaye.

Et pour cause. «Ce sont des gens qui peuvent se fondre au sein de la population, constate la voix de l’Armée dans les colonnes de L'AS. Il est difficile de les identifier. Ils ont certainement des caches d’armes. Et très facilement, ils peuvent se retirer, prendre leur cache, commettre leur forfait et s’enfuir.»

Cependant, prévient le colonel Ndiaye, l’Armée «est en train de réunir tous les moyens nécessaires avec nos forces pour mettre la main sur eux».

Add a comment

Affichages : 72

MFDC : Treize coupeurs de bois ont été tués

attaque casamance

Treize coupeurs de bois ont été tués, samedi, dans la forêt de Borofaye dans le département de Niaguis. Dix d’entre eux ont été criblés de balles, deux égorgés et un brûlé, selon les détails du communiqué de la présidence. Les jeunes hommes ont été attaqués par une bande armée qui appartiendrait au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc).

Ce que nie formellement le mouvement, dont des membres se sont confiés à L’Observateur. « Cette attaque menée par des individus non identifiés ne peut être mise à l’actif ou passif du Mfdc que nous incarnons », jurent ces sources du journal. « Nous condamnons cette attaque avec la plus grande fermeté, au nom du Mfdc. Nous ne sommes ni de près ni de loin impliqués dans cette tuerie. Nous sommes dans un processus de paix qui est irréversible et comptons y jouer notre partition », informe la source. Laquelle appelle à l’unification de son mouvement et l’organisation des Assises inter-Mfdc pour des négociations franches et sincères avec le gouvernement du Sénégal.

Add a comment

Affichages : 103

Birahim Seck n'est pas du tout d'accord avec l'État du Sénégal

birahim seck forum civil

Birahim Seck n'est pas du tout d'accord avec l'État du Sénégal qui a publié un communiqué pour s'exprimer sur les ressources collectées dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Pour lui, les arguments servis par l'État sont pires que ceux donnés par Mimi Touré. "Ces 152 milliards ne proviennent nullement de la traque des biens mal acquis. Ils n'ont absolument rien à voir. Autrement dit, le communiqué du gouvernement est pire que les déclarations faites par Madame Aminata Touré", a déclaré le membre du Forum civil, sur les ondes de la Rfm.

M. Seck explique que "la totalité des sommes annoncées dans le communiqué du 28 décembre 2017 ne sont pas issues de la traque des biens mal acquis". Pour preuve, il précise que "les 2,498 milliards dont ils font allusion, c'est la quote-part de l'État sur la plus value de cession d'actifs et d'occupation d'un immeuble par la Sonacos". Puis, les 24.6 milliards de francs Cfa avancés par l'État du Sénégal, proviennent de la redevance des sommes versées par Dp World. "C'est l'œuvre d'une enquête effectuée par l'Ige et c'et vérifiable dans son rapport de juillet 2013 à sa page 92", précise-t-il.

Quant aux 11.365 milliards que l'État dit avoir fait voter lors de la seconde loi de finances rectificative en 2013, Birahim Seck dément: "Les 11 milliards 365 millions dont ils parlent proviennent du complément versé au cours de l'année 2013 au titre de la redevance de Millicom bénéficiaire de la 2ème licence de téléphonie. Ces 11.365 milliards complètent les 39 millions que Millicom avait déjà versés au titre de la redevance. Ces 39 milliards, le gouvernement, dans son communiqué, ne les a pas retracés dans une loi de finances rectificative ou dans une loi de finance initiale, mais ils l'ont retracé dans une loi de règlement", déclare-t-il.

Add a comment

Affichages : 190

La justice sénégalaise souffre énormément du pouvoir du parquet

doudou ndoye les magistrat pouvoir

Pour Me Doudou Ndoye, la justice sénégalaise souffre énormément du pouvoir du parquet et du lien entre celui-ci et la chancellerie.

Pour étayer son propos, il simule un cas : «Lorsque quelqu’un est poursuivi pour détournement de deniers publics, il n’a pas commis un délit. Il est présumé avoir commis des faits qui pourraient être qualifiés de délit par le juge. Si le procureur demande qu’il soit envoyé en prison, le juge d’instruction est obligé de s’y soumettre.»

Plus grave, selon l’ancien ministre de la Justice, c’est que le maître des poursuites dépend de l’exécutif.

«Ce procureur dépend du ministre de la Justice, qui dépend du président de la République, trace Doudou Ndoye. On ne peut pas mettre un juge à genoux sur la base de simples présomptions. Les procureurs ont trop de pouvoirs. C’est pourquoi je dis que c’est eux qui ont le pouvoir, pas les juges. Il y a beaucoup d’obstacles de ce genre qui posent problème au fonctionnement de la justice.»

Doudou Ndoye se prononçait hier lors du colloque de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums). Ses propos sont rapportés par le journal Enquête.

Add a comment

Affichages : 187

Mamadou Sy Tounkara a été attrait à la barre

mamadou sy tounkara barre

Mamadou Sy Tounkara a été attrait à la barre par son meilleur ami, un ami d'enfance qui lui réclame des livres.

En effet, Cheikh Dieng avait envoyé à l'animateur télé, en 2006, des livres pour la bibliothèque de son école de formation. 11 ans après, Cheikh est revenu réclamer ses livres à son ami. Malheureusement, certains livres sont gâtés du fait d'une infiltration d'eau dans la bibliothèque. Du coup, Cheikh Dieng n'a pas entrer qu'en possession de 10 livres. Il a donc porté plainte au commissariat de Dieuppeul pour recevoir l'intégralité de ses livres, rapporte L'As quotidien.

Pour sa défense, Tounkara reconnait que "Cheikh est un ami d'enfance que je connais depuis 30 ans. Il m'avait donné des livres pour ma bibliothèque de mon école de formation.En 2017, soit 11 ans plus tard, il est venu me les réclamer. Je lui ai demandé de me donner les titres des ouvrage car je ne m'n rappelle plus", explique Tounkara. Qui ajoute : "Il m'a dit, comme tu veux du buzz, je vais t'en donner. C'est donc dans ces circonstances que je me suis retrouvé dans vos locaux", renchérit Tounkara qui aussitôt prend l'engagement de lui payer par moratoire à savoir 20 000 francs à chaque fin de mois, pour une durée de 10 mois.

Surpris de la tournure judiciaire de l'affaire, il crie son étonnement. "C'est une affaire que je déplore car 200 000 francs est une somme dérisoire pour des amis d'enfance". "Je n'avais aucune intention d'abuser de la confiance d'un ami", se défend l'animateur qui sera édifié le 9 janvier prochain.

 

Le plaignant a réclamé 500 000 francs de dommages et intérêts.

Add a comment

Affichages : 96

Journalbic.com

Top Desktop version