Journalbic

Articles société

Abdou Karim Guèye dit Karim Krum Xax évacué à Francfort, Allemagne

abdou karim gueye video

L’activiste Abdou Karim  Gueye alias « Karim Xrum Xakh a été finalement évacué en Allemagne (Francfort), a appris Senego de source sûre. Une évacuation faisant suite à sa graveL’activiste Abdou Karim  Gueye alias « Karim Xrum Xakh a été finalement évacué en Allemagne (Francfort), a appris Senego de source sûre. Une évacuation faisant suite à sa grave
maladie qui l’indispose depuis plusieurs semaines.C’est une bonne nouvelle pour les sympathisants de l’activiste cloué dans son lit d’hôpital depuis plusieurs jours. Abdou Karim Gueye est terrassé par une maladie qui lui a prévalu deux opérations chirurgicales. « Abdou Karim Guèye dit Karim Xrum Xax est évacué ce dimanche 13 octobre 2019 en Allemagne, où il sera pris en charge dans une antenne chirurgicale de haute qualité« , a confié à Senego un de ses proches.
AIBDLa source d’ajouter c’est dans la matinée de ce dimanche que Karim Guèye est arrivé à l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD). L’activiste était à bord d’une ambulance de Samu Assistance, note-t-il.
VolL’activiste, serait évacué dans un vol en Première Classe pour rallier le pays de la Chancelière Andela Merkel. Contrairement à la rumeur, Abdou Karim Gueye ne s’est finalement pas rendu en France. D’ailleurs, selon certains de ses proches, il a toujours refusé la destination française.
Toutefois, malgré cette évacuation en Allemagne, il n’en demeure pas qu’après près de 60 ans des indépendances, que l’Etat du Sénégal, ancienne capitale de l’AOF (Afrique occidentale française), devait avoir les bons hôpitaux et de bons médecins pour soigner ses enfants comme Mahammed Boun Abdallah Dionne qui s’était rendu en France ou encore Abdou Karim Guèye Krum Xax.

Add a comment

Affichages : 28

Magal Touba:des jeunes Mourides barrent la route à la compagnie Free

mbackiou faye touba

L’homme d’affaires Mbackiyou Faye qui s’est lancé dans le secteur de la téléphonie mobile avec sa société opératrice, Promobile dont il est le propriétaire, n’a pas encore dit son dernier mot. Il a le soutien de jeunes Mourides, qui veulent barrer la route à la compagnie Free, lors du grand Magal de Touba.
Retard constaté:

Mbackiyou Faye est dans une confusion totale avec son partenaire Free (ex Tigo) qui continue de manœuvrer pour davantage retarder le lancement de ses activités qui était initialement prévu bien avant l’arrivée du Magal, précisément le 18 septembre passé.
Pour le respect du cahier de chargesCe, après un investissement estimé à trois (3) milliards F Cfa, pendant que Xavier Niel multiplie ses tapages médiatiques et déroule son plan marketing. Mais Mbackiyou Faye n’est plus seul dans ce combat pour le respect du cahier de charges qui lie Promobile à Free.
Le combat s’amplifieCar, de jeunes Mourides s’organisent en perspective du Magal pour mettre en place une stratégie de blocus total de la campagne de Free. Mieux, ces derniers l’ont déclaré « persona non gratta » dans la ville sainte de Touba, avant, pendant et après la cérémonie religieuse qui draine à chaque édition, des millions de fidèles et de pèlerins qui viennent de tous bords.
Bouclier contre l’injustice²Selon ces jeunes Mourides « nous sommes des talibés du Cheikh Mbackiyou Faye. Un investisseur Sénégalais qui participe à l’oeuvre de développement national, et nous n’accepterons pas qu’il soit traité de la sorte par un européen, fût-il un opérateur ».

Add a comment

Affichages : 37

Aly Ngouille Ndiaye explique les raisons de l'application du visa

aly gouille ndiaye

Vous avez annoncé un projet de retour des visas pour les étrangers, qu’est-ce qui explique cela ?


Cette question a été soulevée et depuis quelques temps, nous travaillons sur certains projets qui ont tous trait au renforcement de la sécurité. Dans le contexte actuel, nous devons savoir qui est chez nous. C’est pourquoi d’ailleurs dans le cadre de la reconnaissance de ceux qui habitent au Sénégal, nous avons repris les cartes d’identité des Sénégalais, en mettant en place des cartes d’identité biométriques.
t là, nous devons passer par une autre étape, parce qu’il n’y pas que des Sénégalais sur notre territoire. Nous avons des étrangers qui nous viennent des pays limitrophes, notamment de la Cedeao, mais également des autres pays africains et du monde. Nous avons également besoin d’identifier les étrangers qui vivent ici. C’est la raison pour laquelle nous sommes en train de travailler pour mettre en place un système qui nous permettra d’identifier ces étrangers, avec des cartes d’identité ayant les mêmes formes que les cartes d’identité biométriques qui sont en vigueur au Sénégal et dans beaucoup de pays africains.
Et c’est dans ce même ordre d’idées que nous travaillons pour également ramener le système de visa pour les autres pays. C’est vrai que c’est un problème qui était là. On avait lancé ce système et nous sommes revenus dessus. Là, nous allons changer d’approche pour éviter tous les problèmes qui avaient fait que ce système avait été décrié très tôt.
Qu’est-ce qui a changé entre-temps, pour que l’Etat décide de faire revenir les visas ?
Dans tous les pays du monde, c’est pour les aspects sécuritaires. Chaque pays veut savoir qui vient chez lui et quand il va partir. Et l’un des premiers moyens de contrôler ceux qui rentrent ici, c’est de pouvoir les canaliser. Cela nous permet d’apprécier le flux, leurs justifications, mais également leurs durées de séjour. Quand un système de visa est là, avec des dates de validité bien précises, quand quelqu’un rentre, on sait quand il doit sortir. Actuellement, on n’a pas de visa. Par exemple, quelqu’un qui entre dans le pays et qui n’a pas de visa, une fois qu’il franchit les portes de l’aéroport, il peut rester à sa guise.
Le visa avait été supprimé suite aux pressions des acteurs du tourisme, aujourd’hui le pays est en train de se projeter pour vendre encore la «destination Sénégal». Est-ce qu’une telle décision ne va pas freiner l’élan ?
Je ne pense pas. Parce que ça dépend de comment l’outil a été conçu. Dans cette nouvelle conception, les gens n’ont pas besoin d’aller systématiquement dans les consulats pour demander leurs visas. Nous voulons travailler sur une solution Web design, où n’importe qui peut demander le visa à partir de son téléphone ou de son ordinateur et le recevoir avant d’embarquer. Pour ceux qui n’ont pas fait ces étapes, ils pourront, une fois sur place à l’aéroport, demander le visa.
Pourtant récemment, le ministre du Tourisme avait assuré, sur France 24, qu’il n’était pas question que le Sénégal revienne sur ce visa. N’y a-t-il pas problème au niveau de la communication ?
Je ne pense pas. J’ai dit que nous travaillons pour ramener le visa. Et quand il y a des aspects sécuritaires, ce n’est pas forcément le ministre du Tourisme qui travaille dessus, c’est le ministre de l’Intérieur. Nous n’avons pas encore atteint un stade où nous devons partager avec les autres collègues. Une fois que ce sera fait, ce sera au gouvernement de prendre une décision finale.
Moi, je dis en tant que ministre chargé de la sécurité, qu’avec tous les problèmes que nous rencontrons, nous devons connaître les personnes qui sont dans notre pays. Et avec la mise en place de ces cartes, je suis obligé de travailler avec les ministères des Affaires étrangères, car beaucoup de Sénégalais résident aussi à l’extérieur. Aujourd’hui, c’est un projet que nous avons pour des raisons de sécurité, c’est pourquoi je dis que nous travaillons sur ça. Et une fois ce travail fini, nous allons forcément le partager avec le ministère du Tourisme, mais aussi celui des Affaires étrangères.
Le recensement ne va-t-il pas poser problème ?
Non. Nous connaissons les plus fortes concentrations. Nous savons en général où ces populations se situent. Cela va prendre peut-être un peu de temps. Mais avec le dispositif qui sera mis en place, nous y arriverons. Le plus important est de démarrer, car si on ne démarre pas, on ne le saura jamais. En mettant en place ce système, nous saurons, comme tous les pays le font, qui est chez nous. Parce que nous ne le savons pas présentement.
Depuis quelque temps, nous constatons qu’il y a beaucoup d’arrestations de personnes supposées liées à des réseaux terroristes. Qu’est-ce qui fait que les terroristes courent vers le Sénégal ?
Pour le moment, nous sommes à l’abri. Mais il ne faut pas dormir sur nos lauriers. C’est pourquoi nous voulons savoir qui vient chez nous. Nous nous rendons compte qu’il y a aujourd’hui beaucoup de bandits, qui ne sont pas forcément des Sénégalais. Ce système nous permettra de les identifier, avant qu’ils ne franchissent le territoire sénégalais.

Add a comment

Affichages : 21

Visite du PR à Touba:Les bernés de Sokhna Bally Mbacké

berne touba

Pour l’accueil du président Macky Sall, l’épouse du Khalife général des mourides, Sokhna Bally Mbacké a mis les bouchées doubles.Le président Macky Sall s’est rendu à Touba, ce vendredi 11 septembre pour faire son ziarra auprès du khalife général des mourides, Serigne  Mountakha. Arrivé dans la journée à Touba, le chef de l’Etat a participé à la prière du vendredi à la Grande Mosquée de Touba.

Les promesses de Macky SallIl s’est rendu ensuite à l’Université Cheikhal Khadim pour constater l’état d’avancement des travaux. Le Chef de l’Etat a fait des promesses pour la ville sainte de Touba, qu’il compte réaliser avant le prochain Magal en 2020.  Il s’agit du problème d’assainissement, d’eau et d’électricité.

Add a comment

Affichages : 21

Homer Seck, le beau-père de la 1ère Dame cité dans une affaire d'escroquerie foncière

mareme faye sall

Une rocambolesque histoire d’escroquerie sur le foncier a mis le beau-père de Marième Faye Sall au banc des accusés. Abdourahmane Seck dit Homer, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été cité dans une mafia qui a berné plusieurs Sénégalais, en leur soutirant de l’argent moyennant des logements dont ils n’ont jamais les murs de clôture.Une rocambolesque histoire d’escroquerie sur le foncier a mis le beau-père de Marième Faye Sall au banc des accusés. Abdourahmane Seck dit Homer, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été cité dans une mafia qui a berné plusieurs Sénégalais, en leur soutirant de l’argent moyennant des logements dont ils n’ont jamais les murs de clôture.
Un projet immobilier assez particulierDes Sénégalais établis dans la diaspora et des cadres Sénégalais qui avaient soumissionné à un projet immobilier, portant sur des logements sociaux qu’ils devaient acquérir auprès d’une société dont Homer Seck serait le propriétaire, ont élevé la voix pour déballer.
Le Dg, l’agneau du sacrificeAujourd’hui, même si le Dg de cette société fantoche, Abdoulaye Samb, a été localisé à Mbour, avant d’être arrêté et jeté en prison, il ne serait apparemment pas le seul coupable de délits d’ « escroquerie et de détournement » dans cette affaire.
Les plaintes se succèdent à la DicUn scandale qui a déjà fait l’objet de 15 plaintes déposées à la DIC, alors que le nombre de victimes déplumées dépasse de loin ce chiffre.

Add a comment

Affichages : 28

Journalbic.com

Top Desktop version