Journalbic

Articles société

Meurtre de Henri Ndiaye, la mère de l’élève arrêtée

poignarde par couteau

Les éléments de la Brigade de Gendarmerie de Ndoulo, qui ont en charge l’enquête de l’affaire de la fille qui aurait mortellement poignardé l’enseignant Henry Ndiaye n’ont pas perdu de temps pour avancer sur le dossier. Aussitôt saisis de cette affaire, ils ont déclenché la machine judiciaire et démarré les investigations.

Ainsi, selon nos sources, au moins quatre personnes sont présentement en garde à vue dans cette affaire. Il s’agit d’Henriette Sambou, accusée d’avoir poignardé la victime, mais également de sa mère et deux autres enseignants. La mère de la lycéenne est, selon nos sources, la tenancière du bar où se sont déroulés les faits. Il lui est reproché de n’avoir pas d’autorisation pour exercer une telle activité (débit de boisson alcoolisée).

BAR CLANDESTIN, NON ASSISTANCE À PERSONNE EN DANGER

 

Selon une source proche du dossier, le jour des faits, le défunt et deux de ses amis, tous enseignants, étaient venus prendre un verre au bar clandestin du coin, géré par la mère de la présumée. Après avoir levé le coude, Henry Ndiaye aurait commencé à faire des attouchements à la jeune demoiselle Henriette Sambou, qui l’avait mise en garde, en lui disant qu’elle ne cautionnait pas de tels actes. Mais, selon nos sources, l’instituteur a continué son jeu jusqu’à ce que la lycéenne, finalement excédée, lui assène un coup de couteau sur la cuisse. « La plaie est profonde. Cela a touché une veine principale », a expliqué notre source. Qui renseigne que face aux enquêteurs, la jeune fille a fait savoir qu’elle n’avait pas l’intention de le tuer. « Je ne voulais pas le blesser. Je voulais juste le dissuader pour qu’il me laisse en paix », a confié la fille aux enquêteurs avant de regretter son acte.

Par ailleurs, si l’enseignant est passé de vie à trépas, il semble, selon les premiers éléments de l’enquête, que c’est parce qu’il n’a pas été sauvé par les autres personnes qui étaient dans le bar au moment des faits. « Lorsqu’il a été blessé, les gens qui étaient là n’ont pas bougés. A défaut de le sauver, ils devaient au moins appeler les éléments de secours. Mais ils n’ont rien fait de tout cela alors que le district sanitaire n’est pas loin. Il a été abandonné par terre gisant dans son sang », a expliqué notre source.

Add a comment

Affichages : 13

« Vote des djinns » , ces propos n’émanent pas de Serigne Mbaye Sy Mansour selon Serigne...

serigne mbaye sy mansour portrait
« Après lecture de la presse, j’ai l’impression d’avoir assisté à une autre cérémonie de Ziarra Général, tellement les propos rapportés par la presse sont éloignés des propos du Khalife. Cette attitude relève peut-être du manque d’attention car je ne voudrais pas douter du professionnalisme de nos journalistes ni de leur bonne foi.
Le Khalife n’a jamais prédit un 2nd mandat. Il précisait les conditions dans lesquelles il avait évoque un second mandat du Pr Macky Sall. Je reprends en substance ses dires: « Dans cette même salle, quelqu’un (Idrissa Ba pour ne pas le nommer) a prié pour que tu aies 20 mandats. Le Président lui a dit à l’oreille que 20 mandats c’est trop. Je lui ai dit donc d’enlever le 0, cela fait 2 mandats. J’ai prié pour que le Président ait deux mandats et Dieu l’a exaucé. » Le Khalife a raconté l’anecdote dans un ton taquin et dans une ambiance détendue, car la ziarra général est un moment fort de raffermissement des liens d’affiliation à son guide.
Par ailleurs, le Cheikh n’a jamais parlé de Djinns qui ont voté et je ne sais pas où les journalistes sont allés chercher cette déclaration. En parlant de djinns, le Khalife a utilisé un langage ésotérique que seuls les initiés peuvent comprendre. Les talibés djinns dans la Hadra de Seydi El Hadj Malick SY est une vieille histoire connue des initiés. »
(Un texte de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Ibn Al Amine)
Add a comment

Affichages : 15

Ce qui a poussé Henriette Diatta à tuer son professeur...

poignarde par couteau

Drame à Ngoyé, une localité située dans le département de Bambey. Poignardé, un enseignant a succombé au cours de son évacuation à l’hôpital Enrich Lubké de Diourbel. Une enquête a été ouverte, informe Sud fm dans son édition de ce lundi matin, 18 mars. Selon les derniers développements, l’enseignant, Henry Ndiaye a été tué par son élève. Selon le récit d’un des témoins, l’enseignant a reçu un coup de couteau à la jambe et a perdu beaucoup de sang.Drame à Ngoyé, une localité située dans le département de Bambey. Poignardé, un enseignant a succombé au cours de son évacuation à l’hôpital Enrich Lubké de Diourbel. Une enquête a été ouverte, informe Sud fm dans son édition de ce lundi matin, 18 mars. Selon les derniers développements, l’enseignant, Henry Ndiaye a été tué par son élève. Selon le récit d’un des témoins, l’enseignant a reçu un coup de couteau à la jambe et a perdu beaucoup de sang.

 « Il donnait des cours particuliers tous les week-end à Henriette Diatta, son élève. Henry Ndiaye a touché Henriette Diatta, qui n’a pas apprécié le geste et l’a sommé d’arrêter. Devant l’insistance de son professeur, elle saisit le couteau qui était à ses côtés et le lui plante à la jambe. »Henry Ndiaye finit par succomber à ses blessures.

Add a comment

Affichages : 20

Opération de nettoyage des salons de massages à Sacré-Cœur et Yoff

affaire police massage

Les hommes du commissaire El Hadji Cheikh Dramé de la Sûreté Urbaine de Dakar ont encore sévi. En effet, ils ont investi, ce weekend, les salons de massage qui pullulent à Dakar. Une opération au cours de laquelle, selon le quotidien Tribune, beaucoup de ces endroits ont été nettoyés.

Ce fut le cas à Sacré-Cœur et Yoff où beaucoup de jeunes filles (K. D. Diallo, D. Coly, C. Tine, F. Bâ, N. F. Diaw et R. Diallo) et un homme (M, Bivagny) ont été arrêtés dans des appartements meublés. Un coup de filets qui porte l'empreinte de la Brigade des mœurs et des mineurs de la Sûreté Urbaine.

Add a comment

Affichages : 31

Djiddah Thiaroye Kao : un mystérieux incendie observé dans une maison....

mysterieux incendie

Depuis mardi dernier, un mystérieux incendie est observé dans une maison à Djeddah Thiaroye Kao. À chaque fois qu’un feu s’éteint, rapporte L’Observateur repris par Seneweb, un autre se signale dans une autre chambre de la concession. Le feu s’est d’abord déclaré dans une chambre où dormait un bébé de quatre mois qui sera sauvé par une jeune fille âgé de 16 ans. Le bébé va se retrouver avec le visage défiguré.Depuis mardi dernier, un mystérieux incendie est observé dans une maison à Djeddah Thiaroye Kao. À chaque fois qu’un feu s’éteint, rapporte L’Observateur repris par Seneweb, un autre se signale dans une autre chambre de la concession. Le feu s’est d’abord déclaré dans une chambre où dormait un bébé de quatre mois qui sera sauvé par une jeune fille âgé de 16 ans. Le bébé va se retrouver avec le visage défiguré.

 Quinze minutes après, un autre feu se déclare dans une autre chambre. Le lendemain mercredi, dans la matinée, un incendie emporte tout le mobilier d’une chambre. Idem le jeudi, le feu se déclare à nouveau. La famille Diop n’est pas au bout de ses peines. Car, le vendredi, les flammes envahissent encore la maison. Le samedi, un récital de coran a été organisé pour conjurer le mauvais sort.

Add a comment

Affichages : 36

Journalbic.com

Top Desktop version